Accéder au contenu principal

Odor'Hante.... ( Echo à Mémoire Vive)


Cent heures d'enfance
Nez nu phare, 
Des mains de mère dans mes cheveux, mes joues mon dos, des matins pressés d'écoliers,
 pupitre de bois, encrier ouvert, pleins et  déliés


Nez faste,  taches sur les accords oubliés du participe passé,
Nez Gosse, découpages sages  de jeudis pluvieux
Aux Nez... bouchés.
.

Art homme,  marc de café,
traçant  mille et une nuits, odeurs et gouts mêlés. L'art d'être grand-père.


Nez bulleux vertiges  de printemps... L'art d'être grand-mère.


Nez Jeu, perdue dans un grenier,  lire les yeux fermés le temps passé


Nez faste, adolescence et liberté capitale.

Nez Sens, donner la vie, et s'y blottir ensemble.


Et Sens Elle !
"ça sent maman".
Disent mes Mustela




Beau sujet, que celui-ci et si bien évoqué dans Mémoire Vive !
Si beau sujet qu'il s'invite sur les deux blogs.
A vos fragrances d'enfance !

Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

Commentaires

  1. Y'en a des qui sont déjà dans mon nez... mais tiens..Je vais aller en chercher d'autres va voir sur l'almanach dans un moment...
    Kiss
    P

    RépondreSupprimer
  2. Un joli sujet qui dégage toutes sortes de fragrances et fait remonter des souvenirs ...
    Joyeuses fêtes Lulu et bises

    RépondreSupprimer
  3. Magnifique Lulu , tu mérites une bonne friction à la Cologne ...
    Merci de nous replonger dans nos souvenirs d'enfance et +
    Bises de Louise

    RépondreSupprimer
  4. Oh Lulu, j'adore ces parfums que tu évoques... l'encre, le Vicks, la colle surtout.
    GROS BECS.

    RépondreSupprimer
  5. Elle marche bien ma pommade Vicks ;-)
    Marité, je n'ai pas retrouvé la photo de ma poupée, va falloir que je retourne la chercher chez ma mère !

    RépondreSupprimer
  6. Ah lala, l'odeur de l'eau de cologne. Ma mère s'en servait pour nous frictionner les jambes quand nous nous plaignions d'avoir mal parce que nous grandissions...

    Quel beau sujet !!!

    des bises

    RépondreSupprimer
  7. tiens... ici aussi, j'ai à peu près tout testé et gardé Shalimar !
    en passant ici

    RépondreSupprimer
  8. Bravo ! Votre post "cent heures d'enfance"(vu seulement aujourd'hui) est très très beau, très original, très poétique, tout y est émotion, j'ai adoré...

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Lulu Sorcière, j'aimerais avoir votre plume sur ce sujet qui m'interpelle...,Merci pour le temps passé sur ce sujet ! Sissi.

    Commentez en quelques lignes, de manière simple et spontanée, la phrase suivante : « Si je ne compris pas la Sonate je
    fus ravi d’entendre jouer Mme Swann. Son toucher me paraissait, comme son peignoir, comme le parfum de son escalier, comme
    ses manteaux, comme ses chrysanthèmes, faire partie d’un tout individuel et mystérieux, dans un monde infiniment supérieur à
    celui où la raison peut analyser le talent. » Marcel Proust — À l’ombre des jeunes filles en fleur

    RépondreSupprimer
  10. Merci pour votre visite et cet encouragement que je savoure comme une madeleine ;-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

C'est la Saint Valentin !

Bonne fête aux amoureux ! Qui a dit ? L'amour c'est comme au restaurant, dès qu'on est servi on regarde dans l'assiette de l'autre Sacha Guitry bien sur ! On est au troisième siècle après JC, Claude 2 médaille d'or des tyrans, peine à recruter de la chair à canon, les p'tits gars de la troupe préfèrent manifestement rester auprès de leur belle. On ne badine pas avec la guerre, Claude interdit le mariage. Mais dans le secret Valentin le prêtre continue à célébrer les unions, il sera arrêté et bien sur exécuté ! Même les tyrans sont mortels, Claude laissera la place et Valentin sera canonisé et les amoureux pourront s'envoyer.... des flêches tranquilles ! Autre version classée X : Au temps de fêtes païennes, on organisait un p'tit marathon sado-maso, les courses de Luparques, on se courait après tout nu, on fouettait les filles et on se servait l'amoureuse de son choix. Les autorités chrétiennes de l'époque ont souhaité faire un

La moustache - Maupassant 1883.

Si, comme moi, vous aimez Maupassant, écoutez France Culture  cette semaine et vous comprendrez mieux pourquoi. Maupassant les contes grivois par Eric Bordas Aujourd'hui Maupassant fait parler une fille :  la Moustache de l'érotique à l'identité française... Ma chère Lucie, rien de nouveau. Nous vivons dans le salon en regardant tomber la pluie. On ne peut guère sortir par ces temps affreux; alors nous jouons la comédie. Qu'elles sont bêtes, ô ma chérie, les pièces de salon du répertoire actuel. Tout y est forcé, grossier, lourd. Les plaisanteries portent à la façon des boulets de canon, en cassant tout. Pas d'esprit, pas de naturel, pas de bonne humeur, aucune élégance. Ces hommes de lettres, vraiment, ne savent rien du monde. Ils ignorent tout à fait comment on pense et comment on parle chez nous. Je leur permettrais parfaitement de mépriser nos usages, nos conventions et nos manières, mais je ne leur permets point de ne les pas connaître. Pour être fin

Journée mondiale du Rangement de Bureau. Echo à la Gazette !

ça tombe bien, il est bien rangé ! Tout ce qui est dessus est indispensable : Le bloc indispensable le bloc, c'est le troisième écran, le support sur lequel "j'imprime" le mieux Deux écrans : ça c'est nouveau et c'est pratique, bon ici ça rame un peu de temps en temps... Pas de chat, mais une souris. La radio, je l'éteins maintenant sinon je me perds. Le bouddha, celui de l'amour et aucun autre. Le canard d'hier, Lulu s'la pète dans Centre Presse. Les vieux bouquins, sans quoi je suis peu de chose. Les binocles, sans quoi je ne suis plus rien. L'étagère à coté, avec mes indispensables. Le classeur commercial, gris, pas de fantaisie. Le café, forcément. Le p'tit tabouret pour les pieds, enfin pour les jambes. Un bon fauteuil, moderne hélas mais confortable. Allez je m'y remets... Et chez vous le bureau ?  Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !