Accéder au contenu principal

Premier amour.


C’était il y a bien longtemps, à la plage du camping de Palavas-les-Flots. A cette époque j’avais 3 ou 4 ans, j’étais une vraie princesse.

J’étais l’enfant, j’étais l’unique, j’étais la première. On ne me laissait jamais jouer seule sur la plage, armée de ma troupe de chevaliers, mon père ce héros et mes Tontons farceurs, je détruisais majestueusement tous les patés de sable qui n’étaient pas conformes, retardant impitoyablement la construction des remparts de l’enfance.
Un jour pourtant, je suis restée seule et je l’ai vu.

Il était blond, il était p’tit, il était beau, il sentait bon le sable chaud… Musclé, incroyablement romantique, terriblement sensuel dans son maillot d’bain qui manquait d’élastique, tartiné d’huile cosmétique, il me demanda :
« Tu veux zouer au sable »
C’était la première fois qu’on m’draguait. Sensation nouvelle exaltante, trop timide pour répondre, certaine d’être désirée, j’ai lancé mon premier regard noir sur ses yeux clairs et nous avons rempli nos p’tits seaux ensemble. Le donjon prenait forme, nos mains maladroites tapaient l’une l’autre sur ce sable trop chaud, trop sec pour en tasser les grains, et soudain …. Sous mes yeux incrédules, ahuris mais néanmoins secrètement interpellés, dans la chevaleresque intention de ne pas voir s’écrouler le prochain édifice, il sortit son p’tit appareil et fit…. Pipi dans l’seau !!!!!!!
Je ne sais quoi de la nouveauté anatomique, du liquide aromatique, ou de l’incroyable légèreté d’un être déjà trop flemmard pour faire trois pas pour trouver l’eau salée, futur pétaradeur impénitent, mais je pris mes jambes à mon cou et me blottis dans les bras de ma p’tite maman, à jamais déçue des princes charmants.

Maman, vous la connaissez, ça l’a fait hurler de rire. Maman elle est comme ça, elle rit. Elle en a vu d’autres à mon âge ( elle en a toujours vu d’autres à mon âge, c’est casse-pied à force, mais ça aide à tenir). Elle a grandi à une époque où le ciel était si lourd que les étoiles s’accrochaient aux manteaux des petites filles, dans une théorie des nuages apocalyptique.


Alors, avec le même sourire, j’ai ravalé pour les amours à venir, mes larmes et mes chagrins, à jamais fragile comme un château de sable…..





Ce p'tit billet en Echo à
Michelaise et ses amours Grenadine,
Odile et son enfance bretonne !
Doux WE à tous !
Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

Commentaires

  1. D'abord , ta maman , hé! un vrai canon !! Puis, je pense que depuis la torride scène de la plage , tu as fais le grand "seau" avec aisance .Quelle conteuse tu es ...magnifique .

    RépondreSupprimer
  2. Excellent! Ton premier amour est si bien conté et illustré par de très belles photos! Vous êtes très beaux sur la dernière photo! Ton mari te regarde amoureusement, j'espère que dans quelques années, le mien fera pareil! Bon week-end Lulu.
    Bises.
    Valérie

    RépondreSupprimer
  3. Une jolie histoire d'amours enfantines pour débuter le week-end, trop jolie, merci La gentille sorcière!Encor, encore....!!!!

    RépondreSupprimer
  4. Ah zut mon massage vient de disparaître ...
    Allez Lulu, raconte moi vite d'autres "zoulies" histoires.
    Tu contes formidablement bien avec en prime le choix des mots et le choc des photos !!!Tout y est pour me permettre de rêver et de m'émerveiller.Merci de ce partage .
    Bises et bon week-end

    RépondreSupprimer
  5. La plage doit être le lieu ad hoc ou propice pour les premières amours,moi aussi c'était à la plage.
    Comme toujours tu nous racontes divinement bien les histoires

    RépondreSupprimer
  6. Je l'aime beaucoup, ton billet, humour et tendresse, avec un brin de nostalgie peut-être...

    RépondreSupprimer
  7. Quand je te disais qu'il faut se méfier des princes charmants (surtout quand ils ont des maillots de bain aussi sexy) :-))) Tellement réaliste ton histoire et si bien racontée... Qu'elle est belle ta maman !
    Ben moi c'était pas à la plage, c'était à l'école, mon premier amour.
    Belle soirée, Lulu.

    RépondreSupprimer
  8. Hein ? Z’avez vu comme elle est belle ma mér’ !!!!!

    Michel... tu vois juste ;-)

    Ma p'tite valérie (Valérie je pourrais être sa très grande sœur hein ?) si un jour ton p'tit mari oublie de te regarder, ce qui m’étonnerait, j'irais lui remonter les bretelles. Au demeurant, sur une vie, il arrive que les princes charmants se re-transforment bêtement en crapauds, c'est la dure réalité des princes charmants qui ne sont rien d’autres que des crapauds regardés par des princesses. Dans ce cas-là, si tu es toujours amoureuse, n'hésite pas à l'embrasser de nouveau à pleine bouche, même si franchement ce n’est qu’un gros dégoutant qui bave devant n’importe quelle grenouille. Ne jamais renoncer, même lorsque les apparences sont "trompeuses" ;-) Ce n’est pas une grenouille qui s’planque, qui va faire la pluie et l’beau temps pfffffffffff

    Ah Norma, y’a d’la nostalgie qui traine sur les blogs en ce moment, c’est vrai ;-)
    Coucou ma p’tite Mathilde à moi, merci ma belle, et ton premier amour, t’en souviens-tu ?
    Odile, je vais me méfier c’est promis arffffff je dis ça à chaque fois !!!!
    Merci pour vos encouragements, vous m’ racontez ?

    RépondreSupprimer
  9. Merci pour tes conseils Lulu, en effet, tu pourrais être ma très grande soeur puisque Pierre en a une qui doit avoir à peu près le même âge que toi (il la considère d'ailleurs comme sa deuxième maman). En tout cas, nous avons bien rigolé en lisant ton commentaire!
    Je t'embrasse
    Valérie

    RépondreSupprimer
  10. Oh Lulu, elle est magnifique ton histoire... j'avoue que j'ai craqué sur le maillot hyper sexy de ton petit dragueur ! quel choc ma belle de découvrir ainsi, si jeune, l'anatomie spécifique et forcément intrigante de ce jeune galopin !
    Ta maman est superbe, et tant mieux si elle rit, fut-ce en parlant de ses souvenirs, elle t'a donné ce superbe sourire qui nous ravit tous... parce que toi aussi tu es belle ma Lulu, et ton premier amour se jetterait dans les vagues de désespoir s'il isait ton article.
    Mais dis-moi Aloïs, il faut suivre et toi aussi nous raconter ton premier amour !!! Merci Lulu d'avoir raconté Palavas !

    RépondreSupprimer
  11. J'ai failli passer à côté de ton premier amour dis-donc ... et donc louper le fameux maillot en laine ;-) ...

    Ta maman est superbe, très belle et franchement, tu tiens d'elle ...

    Quant à toutes ces histoires de grenouilles ... ah lala !!! ... je passe ........

    Mon premier amour, c'était aussi à l'école à la maternelle, il m'avait offert un caramel ;-)))

    RépondreSupprimer
  12. Merci,merci Annick, je passe très très vite, tout va très bien, on ne peut mieux, ouf, j'y reviendrai doucement, tranquillement, plus longuement, promis....Merci !!

    RépondreSupprimer
  13. J'attendais un signe et les nouvelles sont bonnes,ouf .
    Douce nuit
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  14. Ah moi aussi je l'attendais ce signe, et je suis émue aux larmes de te lire.
    Très belle nuit à toi, à vous tous princes et princesses de Prinçay, je vous embrasse.

    RépondreSupprimer
  15. Est-ce besoin de te dire de prendre le temps, du temps, ton temps ... et le savourer doucement, tranquillement pour reprendre ta phrase...
    Bonne nuit, merci pour cette bonne nouvelle.
    Je t'embrasse.

    RépondreSupprimer
  16. Valérie, Pierre, et Annick, j'suis bien contente de vous avoir fait rire !
    Odile, Brigitte, merci, quelle émotion !
    Michelaise, merci ! Ma p'tite maman est beacoup plus belle que moi, et j'aime ce sourire qui revient quelle que soit la météo !
    Annick ;-))) … Tu nous racontes ton caramel ?
    Tonton a mis son histoire sur son blog, courez-y…

    RépondreSupprimer
  17. Wouaaaaah ! ça, c'était de la vie, dis donc !

    RépondreSupprimer
  18. toutes les photos sont sublimes et j'aime surtout particulièrement la dernière avec vos sourires et ton regard...

    Bisous

    RépondreSupprimer
  19. Quelle est belle ma grand mère et comme tu lui ressembles ! Que tu es belle toi aussi ! Je suis fière d'être ta copie ! (Je me souviens, quand j'étais petite, on était allée à une brocante, je te tenais la main et j'ai entendu un homme qui passait dire à un autre en me regardant "Regardes, c'est le portrait craché de sa mère" et je t'avais demandé, un peu choquée par le terme "craché", ce que ça voulait dire...;))

    RépondreSupprimer
  20. Je ne me souvenais plus !!!
    De toutes façons dès que je suis avec toi…. On se fait draguer, enfin… toi plus que moi ;-)))

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

C'est la Saint Valentin !

Bonne fête aux amoureux ! Qui a dit ? L'amour c'est comme au restaurant, dès qu'on est servi on regarde dans l'assiette de l'autre Sacha Guitry bien sur ! On est au troisième siècle après JC, Claude 2 médaille d'or des tyrans, peine à recruter de la chair à canon, les p'tits gars de la troupe préfèrent manifestement rester auprès de leur belle. On ne badine pas avec la guerre, Claude interdit le mariage. Mais dans le secret Valentin le prêtre continue à célébrer les unions, il sera arrêté et bien sur exécuté ! Même les tyrans sont mortels, Claude laissera la place et Valentin sera canonisé et les amoureux pourront s'envoyer.... des flêches tranquilles ! Autre version classée X : Au temps de fêtes païennes, on organisait un p'tit marathon sado-maso, les courses de Luparques, on se courait après tout nu, on fouettait les filles et on se servait l'amoureuse de son choix. Les autorités chrétiennes de l'époque ont souhaité faire un

La moustache - Maupassant 1883.

Si, comme moi, vous aimez Maupassant, écoutez France Culture  cette semaine et vous comprendrez mieux pourquoi. Maupassant les contes grivois par Eric Bordas Aujourd'hui Maupassant fait parler une fille :  la Moustache de l'érotique à l'identité française... Ma chère Lucie, rien de nouveau. Nous vivons dans le salon en regardant tomber la pluie. On ne peut guère sortir par ces temps affreux; alors nous jouons la comédie. Qu'elles sont bêtes, ô ma chérie, les pièces de salon du répertoire actuel. Tout y est forcé, grossier, lourd. Les plaisanteries portent à la façon des boulets de canon, en cassant tout. Pas d'esprit, pas de naturel, pas de bonne humeur, aucune élégance. Ces hommes de lettres, vraiment, ne savent rien du monde. Ils ignorent tout à fait comment on pense et comment on parle chez nous. Je leur permettrais parfaitement de mépriser nos usages, nos conventions et nos manières, mais je ne leur permets point de ne les pas connaître. Pour être fin

Journée mondiale du Rangement de Bureau. Echo à la Gazette !

ça tombe bien, il est bien rangé ! Tout ce qui est dessus est indispensable : Le bloc indispensable le bloc, c'est le troisième écran, le support sur lequel "j'imprime" le mieux Deux écrans : ça c'est nouveau et c'est pratique, bon ici ça rame un peu de temps en temps... Pas de chat, mais une souris. La radio, je l'éteins maintenant sinon je me perds. Le bouddha, celui de l'amour et aucun autre. Le canard d'hier, Lulu s'la pète dans Centre Presse. Les vieux bouquins, sans quoi je suis peu de chose. Les binocles, sans quoi je ne suis plus rien. L'étagère à coté, avec mes indispensables. Le classeur commercial, gris, pas de fantaisie. Le café, forcément. Le p'tit tabouret pour les pieds, enfin pour les jambes. Un bon fauteuil, moderne hélas mais confortable. Allez je m'y remets... Et chez vous le bureau ?  Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !