Accéder au contenu principal

Le Macaroné.

Le voici  !
Enfin ce qu'il reste du goûter d'hier !
C'est  la version grand format pour familles nombreuses gourmandes des p'tits Macarons de Montmorillon, un vrai délice de chez nous !
C'est Catherine de Médicis qui ramène la recette au XVIème siècle, les variantes régionales sont nombreuses,  ceux de Montmorillon sont célèbres depuis 1811 !

 Ranou-Métivier les fabrique  sur place depuis 150 ans !
Et maintenant vous pouvez même les acheter en ligne, bande de veinards !


Du macaroné, comme du broyé, on en trouve dans toutes les boulangeries du Poitou.
Arrive-t-il en Vendée, en Charente, en Touraine ? Il me semble que concernant, le broyé, le macaroné, le gâteau bonne mémé et le farci poitevin on peut faire bisque-bisque-rage aux parisiens, d'ailleurs les miens font leurs provisions lorsqu'ils sont de passage.

La recette  c'est comme tout ce qui est délicieux, simple mais difficile à imiter. Du sucre, des blancs d'oeufs battus en neige, de la poudre d'amandes et du savoir-faire.

Je n'ai jamais essayé de le cuisiner, tout simplement parce qu'à la p'tite boulangerie de Cenon-sur-Vienne, il est parfait, moelleux à souhait, épais, tout frais !



A Montmorillon, la ville de Régine la Rousse, la cité de l'écrit, du point de croix et...

du Musée du Macaron  !!!
A noter ce WE à Montmorillon toujours, foire avicole !
Tout pour plaire à Lulu : des poules, des bouquins, des fils et des gourmandises !

Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !
En Echo au billet de  Michelaise, le macaroné se coupe comme un gâteau et comme il est tournicoté c'est facile de trouver le milieu ! Il faut faire des petites parts c'est vraiment sucré et calorique, tandis que le broyé pas vraiment moins calorique, se casse avec le poing, en morceaux bien irréguliers, que l'on range ensuite dans une boite en fer, ce qui permet aux gourmands de tout poil d'en manger en cachette sans être dénoncés ;-)

Posted by Picasa

Commentaires

  1. Les tentateurs sont plus coupables que les tentés !!!!!!! C'est pas bien Lulu ...

    RépondreSupprimer
  2. hum, ça donne envie.
    En région parisienne, pas de macaroné, pas de broyé du poitou. Grhhhhh !

    RépondreSupprimer
  3. Hum dès que mon homme va reprendre la route et qu'il passera dans sa région d'origine, j'y aurai droit !!!Hum hum hum ...

    RépondreSupprimer
  4. Ouh, j'en veux !!! Nous avons par ici les macarons de saint émilion, qui se négocient à prix d'or dans la ville du vin, mais aucun n'atteint cette taille somptueuse... même si l'on est condamné à le manger par tout petit morceau, et à le couper bien sagement en partant du centre, quel délice de Tantale !

    RépondreSupprimer
  5. Miam ! j'aimerais bien goûter, je ne connais pas !
    Elle me fait envie aussi, ta foire avicole ! Moi qui adorerais avoir des orpingtons bleues....oui, je sais, ça pond des oeufs ridicules, à côté mes Rhode Island sont des championnes. Mais c'est tellement beau, et si gentil ! j'ai eu des Bhrama Perdrix, aussi, en grande taille. Pas de poules naines chez moi, trop de prédateurs !

    RépondreSupprimer
  6. Suivez les liens, la commande est désormais possible en ligne, même pour le gâteau "Bonne Mémé" !
    Les macarons de Saint Emilion, je ne les ai pas goutés, mais à Bordeaux on vend la gourmandise à prix d'or. Les cannelés c'est pareil. Ici on sait les faire et sans vouloir me vanter, c'est facile et maison tout frais c'est délicieux !

    Anne, je prends note de tes conseils en matière de poulettes. Ici les poules naines résistent mieux que les grosses. Nous venons de perdre Coquin notre troisième coq comme son nom ne l'indique pas, une Médicis, et Tortilla ma première Marens. Du coup je pense que je vais aller faire un p'tit tour à la foire !
    Tout ce p'tit monde vaque en liberté dans le pré, c'est sympa, c'est joli, c'est la belle vie mais parfois un peu courte hélas;-(((
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

C'est la Saint Valentin !

Bonne fête aux amoureux ! Qui a dit ? L'amour c'est comme au restaurant, dès qu'on est servi on regarde dans l'assiette de l'autre Sacha Guitry bien sur ! On est au troisième siècle après JC, Claude 2 médaille d'or des tyrans, peine à recruter de la chair à canon, les p'tits gars de la troupe préfèrent manifestement rester auprès de leur belle. On ne badine pas avec la guerre, Claude interdit le mariage. Mais dans le secret Valentin le prêtre continue à célébrer les unions, il sera arrêté et bien sur exécuté ! Même les tyrans sont mortels, Claude laissera la place et Valentin sera canonisé et les amoureux pourront s'envoyer.... des flêches tranquilles ! Autre version classée X : Au temps de fêtes païennes, on organisait un p'tit marathon sado-maso, les courses de Luparques, on se courait après tout nu, on fouettait les filles et on se servait l'amoureuse de son choix. Les autorités chrétiennes de l'époque ont souhaité faire un

La moustache - Maupassant 1883.

Si, comme moi, vous aimez Maupassant, écoutez France Culture  cette semaine et vous comprendrez mieux pourquoi. Maupassant les contes grivois par Eric Bordas Aujourd'hui Maupassant fait parler une fille :  la Moustache de l'érotique à l'identité française... Ma chère Lucie, rien de nouveau. Nous vivons dans le salon en regardant tomber la pluie. On ne peut guère sortir par ces temps affreux; alors nous jouons la comédie. Qu'elles sont bêtes, ô ma chérie, les pièces de salon du répertoire actuel. Tout y est forcé, grossier, lourd. Les plaisanteries portent à la façon des boulets de canon, en cassant tout. Pas d'esprit, pas de naturel, pas de bonne humeur, aucune élégance. Ces hommes de lettres, vraiment, ne savent rien du monde. Ils ignorent tout à fait comment on pense et comment on parle chez nous. Je leur permettrais parfaitement de mépriser nos usages, nos conventions et nos manières, mais je ne leur permets point de ne les pas connaître. Pour être fin

Journée mondiale du Rangement de Bureau. Echo à la Gazette !

ça tombe bien, il est bien rangé ! Tout ce qui est dessus est indispensable : Le bloc indispensable le bloc, c'est le troisième écran, le support sur lequel "j'imprime" le mieux Deux écrans : ça c'est nouveau et c'est pratique, bon ici ça rame un peu de temps en temps... Pas de chat, mais une souris. La radio, je l'éteins maintenant sinon je me perds. Le bouddha, celui de l'amour et aucun autre. Le canard d'hier, Lulu s'la pète dans Centre Presse. Les vieux bouquins, sans quoi je suis peu de chose. Les binocles, sans quoi je ne suis plus rien. L'étagère à coté, avec mes indispensables. Le classeur commercial, gris, pas de fantaisie. Le café, forcément. Le p'tit tabouret pour les pieds, enfin pour les jambes. Un bon fauteuil, moderne hélas mais confortable. Allez je m'y remets... Et chez vous le bureau ?  Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !