Accéder au contenu principal

Urbain Grandier



C'est un jour à raconter des histoires de sorcellerie.
C'est ce qu'à fait Patrice Gélinet aujourd'hui sur France Inter dans 2000 ans d'histoire.


En 1617, à 27 ans, Urbain Grandier est abbé dans la bonne ville de Loudun (qui nous donnera d'autres histoires succulentes). C'est un prêtre libertin. Il protège aussi les protestants, et se met à dos Richelieu qu'il critique ouvertement.

Bref, beau gosse et beau parleur, tombeur de filles, il finit par en engrosser une, se marie lui-même avec une autre, forcément, pas besoin de chat noir ou de vendredi treize, ça lui attire des ennuis...

Dans un premier temps, il est arrêté, jugé à Bordeaux et... acquitté !

Il revient triomphant à Loudun et continue sa vie de patachon....

Et forcément, il finit par faire des jalouses. C'est au couvent des Ursulines que ça commence à chauffer. Première erreur, il refuse à la mère supérieure Soeur Jeanne des Anges, d'être le confesseur des nonnes du couvent. Soeur Jeanne, qui avait sans doute sa p'tite idée derrière la tête, le prend mal. Et comme par miracle, voilà le couvent ensorcelé, les religieuses envoûtées, accusant toutes le pauvre Urbain de les avoir satanisées.

ça tourne à l'hystéro-glinglin collective.

Mignon, qui n'en est pas un, directeur de conscience des Ursulines et Richelieu l'ont dans l'nez. Un nouveau procès est ordonné, mené par l'ordre des Capucins ce qui n'est pas une bonne nouvelle pour le curé libertin.




Grandier est torturé, les nonnes interrogées, examinées, exorcisées, ça sent l'soufre, alors la France se passionne. On sort des documents compromettants, des pactes diaboliques signés de sa main. On veut sa fin. Torture après torture, Urbain nie, pendant deux ans.

Il sera condammé au bûcher et une dernière fois soumis à la "question extraordinaire", supplicié juste avant son exécution, il niera jusqu'au bout...

Il est mort le 18 Avril 1634 à 44 ans. Un jour comme un autre....



Un p'tit plus pour le tout !
Pour écouter l'émission de France Inter : Les possédées de Loudun
Urbain Grandier. par un passionné.

Commentaires

  1. Merci pour tout, je vais écouter l'émission. Merci encore.

    RépondreSupprimer
  2. Le Poitou nous offre quelques personnages politiques de renom, mais aussi de belles histoires judicières à travers les siècles. Tu verras Nathalie, l'approche de l'émission est intéressante, l'auteur invité, psychiatre, s'est attaché à l'étude des épisodes collectifs de possession en particulier féminine, quelle aventure !
    Merci de ta visite Nathalie, amitiés.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

C'est la Saint Valentin !

Bonne fête aux amoureux ! Qui a dit ? L'amour c'est comme au restaurant, dès qu'on est servi on regarde dans l'assiette de l'autre Sacha Guitry bien sur ! On est au troisième siècle après JC, Claude 2 médaille d'or des tyrans, peine à recruter de la chair à canon, les p'tits gars de la troupe préfèrent manifestement rester auprès de leur belle. On ne badine pas avec la guerre, Claude interdit le mariage. Mais dans le secret Valentin le prêtre continue à célébrer les unions, il sera arrêté et bien sur exécuté ! Même les tyrans sont mortels, Claude laissera la place et Valentin sera canonisé et les amoureux pourront s'envoyer.... des flêches tranquilles ! Autre version classée X : Au temps de fêtes païennes, on organisait un p'tit marathon sado-maso, les courses de Luparques, on se courait après tout nu, on fouettait les filles et on se servait l'amoureuse de son choix. Les autorités chrétiennes de l'époque ont souhaité faire un

La moustache - Maupassant 1883.

Si, comme moi, vous aimez Maupassant, écoutez France Culture  cette semaine et vous comprendrez mieux pourquoi. Maupassant les contes grivois par Eric Bordas Aujourd'hui Maupassant fait parler une fille :  la Moustache de l'érotique à l'identité française... Ma chère Lucie, rien de nouveau. Nous vivons dans le salon en regardant tomber la pluie. On ne peut guère sortir par ces temps affreux; alors nous jouons la comédie. Qu'elles sont bêtes, ô ma chérie, les pièces de salon du répertoire actuel. Tout y est forcé, grossier, lourd. Les plaisanteries portent à la façon des boulets de canon, en cassant tout. Pas d'esprit, pas de naturel, pas de bonne humeur, aucune élégance. Ces hommes de lettres, vraiment, ne savent rien du monde. Ils ignorent tout à fait comment on pense et comment on parle chez nous. Je leur permettrais parfaitement de mépriser nos usages, nos conventions et nos manières, mais je ne leur permets point de ne les pas connaître. Pour être fin

Journée mondiale du Rangement de Bureau. Echo à la Gazette !

ça tombe bien, il est bien rangé ! Tout ce qui est dessus est indispensable : Le bloc indispensable le bloc, c'est le troisième écran, le support sur lequel "j'imprime" le mieux Deux écrans : ça c'est nouveau et c'est pratique, bon ici ça rame un peu de temps en temps... Pas de chat, mais une souris. La radio, je l'éteins maintenant sinon je me perds. Le bouddha, celui de l'amour et aucun autre. Le canard d'hier, Lulu s'la pète dans Centre Presse. Les vieux bouquins, sans quoi je suis peu de chose. Les binocles, sans quoi je ne suis plus rien. L'étagère à coté, avec mes indispensables. Le classeur commercial, gris, pas de fantaisie. Le café, forcément. Le p'tit tabouret pour les pieds, enfin pour les jambes. Un bon fauteuil, moderne hélas mais confortable. Allez je m'y remets... Et chez vous le bureau ?  Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !