Accéder au contenu principal

Gossypiol Maurin

Les règles déviées.
On a vu des règles déviées sortir par le nez, la bouche, les points lacrymaux, le mamelon d'un sein, par le bout du doigt....


.....

A chaque menstruation, les femmes ont les yeux cernés, ternes; leur teint et leurs cheveux sont moins brillants; leur impressionnabilité est plus grande; la moindre contrariété les indispose et les rend maussades ; elles sont plus portées à la mauvaise humeur, à la tristesse, au repos. C'est à cause de ces divers motifs que le mari doit redoubler d'attentions et d'égards envers sa femme ; car les contrariétés,les chagrins, peuvent amener la suppression des règles, et tout le monde sait que cette suppression est toujours d'un mauvais augure pour la santé.

.......


Nous signalerons ici, comme causes les plus ordinaires du dérangement des règles, une alimentation de mauvaise qualité, échauffante ou débilitante; l'abus des spiritueux, du vinaigre, du thé, du café, des fruits verts, des purgatifs, des emménagogues ; les excès dans les plaisirs vénériens, dans la danse et l'équitation, les variations subites de température, l'ingestion d'une glace ou d'une boisson glacée lorsque le corps est en moiteur, l'immersion des pieds dans l'eau froide, les passions tristes, les excitations morales soutenues, etc., etc., etc.


Hygiène et Physiologie du mariage du bon Docteur Auguste Debay (1853).



Un amour débordant c'est un torrent qui sort de son lit pour entrer dans un autre. (Pierre Dac)


Commentaires

  1. "Les excès dans les plaisirs vénériens"... y'en a qui manquent pas d'air :-))) Il ne leur restait pas grand chose d'autre à faire que leur broderie ou leurs dévotions, aux femmes du 19e !

    RépondreSupprimer
  2. Le remède proposé par le Docteur Debay : l'application "locale" de sangsues... gurpssssssss.....

    RépondreSupprimer
  3. :-)) Il parait que ça revient à la mode pour traiter certaines pathologies, les sangsues (mais j'ai oublié lesquelles). Mais là, comme "traitement local", je n'ose imaginer...

    RépondreSupprimer
  4. Ca a l'air interessant...c'est quoi les règles :-°

    RépondreSupprimer
  5. Ben t'as appris quoi à l'école Chic, puni sous le bureau de la maîtresse ;-)
    C'est dingue Odile que les sangsues reviennent à la mode, c'est la crise on dirait du Zola ;-(( A quand les ventouses, j'en avais trouvé dans la maison, mais je ne sais plus ce que j'en ai fait...
    Je me souviens des cataplasmes que me faisait ma grand-mère, j'adorais ça ! Si je trouve des illustrations j'en ferai un post !

    RépondreSupprimer
  6. à tirer un trait sur les règles (ça s'appelle aussi l'éveil) ;-)

    RépondreSupprimer
  7. Bon alors, si je comprends bien, on peut même plus manger une glace en été quand le corps est en moiteur(qu'on transpire, quoi !) et si en plus on a les pieds dans l'eau, c'est la fin des haricots ?
    PS je me demande si tous ces blogs ne contribuent pas à une excitation morale soutenue....
    Nadine

    RépondreSupprimer
  8. Tu aimais ça toi, les cataplasmes ? J'en garde un mauvais souvenir, pourtant chez nous, on utilisait "les rigolots" !

    RépondreSupprimer
  9. c'est quoi des emménagogues????? c'est quand on va habiter dans les cabinets qu'on n'a plus ses ragnagnas ??? j'y comprends plus rien à toutes ces histoires... Parce que, habiter dans les cabinets si on a plus de quoi s'y occuper largement, ça n'a aucun intérêt, hein ?

    Nadine

    RépondreSupprimer
  10. Oui mais avec certains blogs, on lutte contre "une alimentation débilitante" ;-)

    RépondreSupprimer
  11. Coucou Nadine, les emménagogues (il y a un lien) sont des médoc pour stimuler la venue des ragnagna, et en allant chercher la signification sur le net et ben en herboristerie on joue encore à ça...
    Bon j'étais sure que la prose du Dr Debay vous amuserait, et vous donnerait envie de griffer.
    Ce livre est un trésor. On ouvre une page au hasard et on rigole. C'est aussi très précis et plutôt olé olé. Il y a aussi des potions pour toutes les situations, j'en donnerai dans la rubrique popotte...
    J'ai trouvé ce bouquin par hasard. En fait, désormais quand j'offre un chèque, j'offre un livre ancien... là j'offrais un chèque de mariage.

    RépondreSupprimer
  12. Ah vous voyez...même Nadine elle comprend pas

    RépondreSupprimer
  13. Ah oui, j'aimais bien les cataplasmes et la pommade vicks, ma grand-mère tartinait la moutarde dans un torchon, elle repliait le torchon et plaquait le tout assez brutalement sur le thorax, ça faisait mal, mais j'adorais quand elle me soignait. En général, je n'avais plus du tout le droit de me lever, et j'étais au bouillon clair. J'étais souvent malade, ça développe le goût de la lecture...

    RépondreSupprimer
  14. Chic on est de tout coeur avec toi pour tes premiers pas dans ce domaine :-)))
    C'est marrant Lulu que tu cites la pommade Vicks, parce que j'ai eu envie hier de l'associer aux "rigolo(t)s", à la rubrique mauvais souvenirs. Et j'ai compris pourquoi à l'âge adulte, parce que sur la notice, il est indiqué qu'on ne doit pas en mettre sur les muqueuses... et mon père nous farcissait les narines au Vicks !

    RépondreSupprimer
  15. Ah oui ça devait piquer "un p'tit peu". Ma grand-mère me frictionnait la poitrine avec très énergiquement... d'ailleurs quand j'y pense, ça faisait aussi kiné respiratoire ;-) J'adorais ça, enfin faut dire que j'adorais ma grand-mère !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

C'est la Saint Valentin !

Bonne fête aux amoureux ! Qui a dit ? L'amour c'est comme au restaurant, dès qu'on est servi on regarde dans l'assiette de l'autre Sacha Guitry bien sur ! On est au troisième siècle après JC, Claude 2 médaille d'or des tyrans, peine à recruter de la chair à canon, les p'tits gars de la troupe préfèrent manifestement rester auprès de leur belle. On ne badine pas avec la guerre, Claude interdit le mariage. Mais dans le secret Valentin le prêtre continue à célébrer les unions, il sera arrêté et bien sur exécuté ! Même les tyrans sont mortels, Claude laissera la place et Valentin sera canonisé et les amoureux pourront s'envoyer.... des flêches tranquilles ! Autre version classée X : Au temps de fêtes païennes, on organisait un p'tit marathon sado-maso, les courses de Luparques, on se courait après tout nu, on fouettait les filles et on se servait l'amoureuse de son choix. Les autorités chrétiennes de l'époque ont souhaité faire un

La moustache - Maupassant 1883.

Si, comme moi, vous aimez Maupassant, écoutez France Culture  cette semaine et vous comprendrez mieux pourquoi. Maupassant les contes grivois par Eric Bordas Aujourd'hui Maupassant fait parler une fille :  la Moustache de l'érotique à l'identité française... Ma chère Lucie, rien de nouveau. Nous vivons dans le salon en regardant tomber la pluie. On ne peut guère sortir par ces temps affreux; alors nous jouons la comédie. Qu'elles sont bêtes, ô ma chérie, les pièces de salon du répertoire actuel. Tout y est forcé, grossier, lourd. Les plaisanteries portent à la façon des boulets de canon, en cassant tout. Pas d'esprit, pas de naturel, pas de bonne humeur, aucune élégance. Ces hommes de lettres, vraiment, ne savent rien du monde. Ils ignorent tout à fait comment on pense et comment on parle chez nous. Je leur permettrais parfaitement de mépriser nos usages, nos conventions et nos manières, mais je ne leur permets point de ne les pas connaître. Pour être fin

Journée mondiale du Rangement de Bureau. Echo à la Gazette !

ça tombe bien, il est bien rangé ! Tout ce qui est dessus est indispensable : Le bloc indispensable le bloc, c'est le troisième écran, le support sur lequel "j'imprime" le mieux Deux écrans : ça c'est nouveau et c'est pratique, bon ici ça rame un peu de temps en temps... Pas de chat, mais une souris. La radio, je l'éteins maintenant sinon je me perds. Le bouddha, celui de l'amour et aucun autre. Le canard d'hier, Lulu s'la pète dans Centre Presse. Les vieux bouquins, sans quoi je suis peu de chose. Les binocles, sans quoi je ne suis plus rien. L'étagère à coté, avec mes indispensables. Le classeur commercial, gris, pas de fantaisie. Le café, forcément. Le p'tit tabouret pour les pieds, enfin pour les jambes. Un bon fauteuil, moderne hélas mais confortable. Allez je m'y remets... Et chez vous le bureau ?  Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !