jeudi 7 octobre 2010

C'est la saison...

Des champignons !
 Les Archives Départementales de la Vienne sont fermées pour cause de moisissures.
Mais que vont devenir les sorcières anticonsuméristes qui ont des heures à tuer à Poitiers ?????




Les Archives c'est :
24 kilomètres de documents, allant de 780 à nos jours entreposés dans 28 salles d'archives.
 Chaque année :
- 500 mètres d'archives collectés ;
- 500 mètres d'archives classés et mis à la disposition du public ;
- 2.500 lecteurs inscrits ;
- 50.000 documents consultés sous forme originale ou numérique en salle de lecture.
Chaque mois :
- 4 millions de pages numérisées vues sur le site internet.
 Chaque jour :
- 1.000 à 1.500 visites sur le site internet.


Et c'est surtout un accueil sympathique, une aide efficace et indulgente pour les p'tits nouveaux.
Alors courage à l'équipe de Poitiers et en attendant que se termine le nettoyage....

---------------
Et qui surveille les moisissures des Archives souvent si précieuses encore entreposées dans les p'tits villages ?


Voilà le communiqué officiel :

Fermeture de la salle de lecture aux Archives Départementales de la Vienne pour sécuriser les collections

Une perturbation du système de climatisation du bâtiment est à l’origine d’apparition de micro-moisissures sur une partie des collections des Archives Départementales de la Vienne. Le phénomène a été constaté il y a quelques jours et des interventions ont été effectuées pour tenter d’abaisser le niveau d’humidité anormalement élevé. Ces interventions n’ayant pas suffi à rétablir un taux d’humidité satisfaisant, il s’avère nécessaire de procéder à un traitement complet des locaux d’archives afin d’éviter la propagation de ces micro-moisissures à d’autres documents et d’assurer ainsi la préservation du patrimoine des Archives Départementales.

Par conséquent, la salle de lecture des Archives Départementales sera fermée au public à compter du mercredi 6 octobre 2010 pour une durée indéterminée. Le public sera tenu informé de la réouverture de la salle au public par voie de presse et sur le site internet du Conseil Général.

Pendant cette période de fermeture, l’accueil des classes reste néanmoins assuré car les ateliers se déroulent dans des locaux qui ne sont pas concernés par ce phénomène.

Pour accéder aux services des Archives Départementales pendant la fermeture de la salle de lecture, les usagers peuvent adresser par courrier des demandes justifiées uniquement par des besoins administratifs. Le Service des Archives assurera le traitement de ces demandes dans la mesure du possible.

Enfin, les archives en ligne restent bien entendu accessibles (pas moins de 4 millions de pages d’archives, concernant des registres paroissiaux, d’état civil et militaires de la Vienne).

Pour toute correspondance : Archives Départementales de la Vienne 30 rue des Champs Balais 86000 Poitiers archives@cg86.fr


Grâce à Odile et Michelaise on a ...Un p'tit plus pour le tout !

registre des baptèmes de Voillecomte pour l'année 1659 (fichier
AD52_Edepot02597_01_0004.JPG dans le forum) :


"On ne trouve dans le présent cahier que des actes de Baptêmes, mariages
et d'une seule sépulture. Je ne sais où les mortuaires peuvent se
trouver ainsi que les actes de baptême et de mariages et sépultures
depuis le mois de juin 1659 jusqu'à la fin de l'année.Il y a bien lieu
de craindre qu'ils n'aient servi à faire quelques Beurriers et quelques
cornets de poivres, suivant ce que m'a conté mon prédécesseur, Mr Gérard
qui me disoit qu'un jour la nièce d'un curé de Voilecomte après le décès
de son oncle aurait porté les registres de cette paroisse chez une
nommée Mme Houdot marchande à Wassy pour les lui vendre ou bien les
échanger contre du papier blanc, mais une personne qui connaissait
l'importance de ces papiers s'en étant aperçu les fit rapporter à
Voilecomte"
-------------------
+++
-----------------

Généalogistes d'Orthez, en vous égarant ici, vous trouvez un trésor ;-)

La thèse de Michelaise
Posted by Picasa

15 commentaires:

  1. Oh la la ! C'est une catastrophe qui doit être redoutée par tout archiviste qui se respecte, j'imagine !! Heureusement que tant de documents sont déjà en ligne, ce qui assure en partie la sauvegarde de toute cette mémoire... Même si rien ne remplace, quand on le peut, la fréquentation des "vrais" registres, vieux papiers qui ont une âme, c'est sûr !

    Théoriquement, les p'tits villages auraient déjà dû remettre aux archives départementales les vieux registres dont ils ont la charge.... Mais je sais bien que ce n'est pas toujours fait. J'ai vu du côté de Cerisiers, des registres d'état civil du 18e siècle stockés dans une ancienne école, sous la fenêtre déformée par les infiltrations d'eau !
    Et j'ai lu ceci sur une liste de diffusion de Haute-Marne, s'agissant d'un registre de 1659 :


    registre des baptèmes de Voillecomte pour l'année 1659 (fichier
    AD52_Edepot02597_01_0004.JPG dans le forum) :


    "On ne trouve dans le présent cahier que des actes de Baptêmes, mariages
    et d'une seule sépulture. Je ne sais où les mortuaires peuvent se
    trouver ainsi que les actes de baptême et de mariages et sépultures
    depuis le mois de juin 1659 jusqu'à la fin de l'année.Il y a bien lieu
    de craindre qu'ils n'aient servi à faire quelques Beurriers et quelques
    cornets de poivres, suivant ce que m'a conté mon prédécesseur, Mr Gérard
    qui me disoit qu'un jour la nièce d'un curé de Voilecomte après le décès
    de son oncle aurait porté les registres de cette paroisse chez une
    nommée Mme Houdot marchande à Wassy pour les lui vendre ou bien les
    échanger contre du papier blanc, mais une personne qui connaissait
    l'importance de ces papiers s'en étant aperçu les fit rapporter à
    Voilecomte"

    Les registres de Prinçay vont-ils servir à emballer les champignons :-)) ?

    Bises Lulu

    RépondreSupprimer
  2. Oh la la ! C'est une catastrophe qui doit être redoutée par tout archiviste qui se respecte, j'imagine !! Heureusement que tant de documents sont déjà en ligne, ce qui assure en partie la sauvegarde de toute cette mémoire... Même si rien ne remplace, quand on le peut, la fréquentation des "vrais" registres, vieux papiers qui ont une âme, c'est sûr !

    Théoriquement, les p'tits villages auraient déjà dû remettre aux archives départementales les vieux registres dont ils ont la charge.... Mais je sais bien que ce n'est pas toujours fait. J'ai vu du côté de Cerisiers, des registres d'état civil du 18e siècle stockés dans une ancienne école, sous la fenêtre déformée par les infiltrations d'eau !
    Et j'ai lu ceci sur une liste de diffusion de Haute-Marne, s'agissant d'un registre de 1659 :


    registre des baptèmes de Voillecomte pour l'année 1659 (fichier
    AD52_Edepot02597_01_0004.JPG dans le forum) :


    "On ne trouve dans le présent cahier que des actes de Baptêmes, mariages
    et d'une seule sépulture. Je ne sais où les mortuaires peuvent se
    trouver ainsi que les actes de baptême et de mariages et sépultures
    depuis le mois de juin 1659 jusqu'à la fin de l'année.Il y a bien lieu
    de craindre qu'ils n'aient servi à faire quelques Beurriers et quelques
    cornets de poivres, suivant ce que m'a conté mon prédécesseur, Mr Gérard
    qui me disoit qu'un jour la nièce d'un curé de Voilecomte après le décès
    de son oncle aurait porté les registres de cette paroisse chez une
    nommée Mme Houdot marchande à Wassy pour les lui vendre ou bien les
    échanger contre du papier blanc, mais une personne qui connaissait
    l'importance de ces papiers s'en étant aperçu les fit rapporter à
    Voilecomte"

    Les registres de Prinçay vont-ils servir à emballer les champignons :-)) ?

    Bises Lulu

    RépondreSupprimer
  3. Hé hé déjà Odile à trop consommé de certains champignons !!! Et puis avec une rue" Champs Balais " je comprends que l'on fasse du ménage ..C'est triste quand même.

    RépondreSupprimer
  4. C'est pas moi Tonton Mitch, c'est la machine qui hoquette ;-)

    RépondreSupprimer
  5. les chenevrières7 octobre 2010 à 13:23

    Non c'est pas vrai, ils me poursuivent ces maudits champignons. Ils s'installent partout, même aux archives départementales. Il ne respectent plus rien, quand je vous dis que je les hais, voila pourquoi. Bon sur ce je te souhaite une douce journée ma Lulu, un temps à aller aux champignons pour celles qui aiment. Bises

    RépondreSupprimer
  6. Déjà que je n'aime pas les champignons des bois, des forêts... ceux qui attaquent les vieux livres et archives ne vont pas être mes amis non plus ... :-)))

    C'est quand même la cata pour les "têtes chercheuses"
    ...
    `bonne journée et bises

    RépondreSupprimer
  7. J'ai ajouté ton savoureux p'tit plus Odile ! Que de trésors on trouve au fil des registres !
    Pas de délai de réouverture...
    Dans les p'tites mairies, il reste des trésors, jalousement gardés. Si de nombreux registres ont été confiés aux Archives, tous ne le sont pas. Compte-rendus de conseils municipaux, lettres, comptabilité, tout ça n'est pas toujours mis à disposition des visiteurs, mais c'est là dans les armoires, et il faudrait du temps, la motivation de la municipalité pour trier et exploiter tous ces papiers.
    Comme toi Annick, je ne suis pas très douée en champignons... A chaque fois que j'en croise un, je me dis que s'il est resté c'est qu'il est mauvais, et je n'ose pas le ramasser ;-(
    Certains sont faciles à reconnaitre et délicieux, les Coprins chevelus me font la nique de l'autre coté du grillage du chateau à chaque fois que je prends la route ces jours-ci.

    RépondreSupprimer
  8. Eh bien, il ne te reste qu'à appuyer dessus...les champignons...
    P.

    RépondreSupprimer
  9. Bin Lulu, puisque c'est la saison....fais comme moi, va aux cèpes ! j'ai fait des bocaux, des omelettes, des orgies pantagruéliques......à 8 h dans les bois, on est bien quand il fait beau.....!!

    RépondreSupprimer
  10. Sapristi quelle nouvelle de saison ! n'empêche que c'est inquiétant. Et que la numérisation des documents sera sans doute la solution pour les protéger, et aussi, permettre de les consulter tout à loisir, en ligne
    J'ai, en mon temps (j'avais 20 ans et plein d'enthousiasme) dépouillé 1000 contrats de mariage de la sénéchaussée d'Orthez pour écrire une thèse que personne, pas même moi, n'a jamais lue... et qui a fini aussi moisie que les documents qui m'avaient permis de l'écrire
    Si tu as envie de rire voilà l'adresse du billet qui fut consacré à cette récolte de champignons :

    http://lepetitrenaudon.blogspot.com/2007/07/tout-fout-lcamp.html

    Histoire de nous rappeler que nous sommes bien peu de choses ma brave dame !! Mais bon, le temps de la thèse, c'était le bon temps ! même si c'était pour errer dans les archives (cela m'a un peu vaccinée, d'où mon intérêt pour la mise en ligne des archives)

    RépondreSupprimer
  11. Oh Michelaise, je suis allée voir, quand même, pense à tes arrière p'tits enfants, on ne laisse pas moisir sa thèse au grenier!
    Je suis certaine que les archives d'Orthez elles, ont précieusement gardé ce travail !

    RépondreSupprimer
  12. Il y a un congrès de généalogie les 23 et 24 Octobre à Mont de Marsan, avec bouquinistes, foire aux vieux livres, cpa... tu devrais y aller !!!
    En attendant, je donne le lien aux généalogistes ortheziens de passage !
    Bises !

    RépondreSupprimer
  13. pas de chance je pensais y aller cet hiver
    et sur le net ce n'est pas facile, je cherche toujours les tisserands de la vienne, st Rémy en tête
    découverte de chanvre des 1560 mais a présent je cherche les hommes qui allaient bien avec
    et puis découverte de tissage d'ortie a Vicq! comment en savoir plus! as tu une idée lulu la sorcière!

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour Eleonor,
    Les premiers froids ramènent tous les pisteurs d'histoire aux Archives, c'est d'autant plus contrariant !
    En ligne, tu peux consulter les registres de naissances, mariages et décès qui te donneront parfois des pistes sur les professions.
    Il faut aussi contacter les cercles de généalogie de la Vienne (Cercle Généalogique Poitevin et GE86), d'autres ont peut-être déjà fait des recherches.
    Tu peux également trouver en ligne les publications de la Société des Antiquaires de l'Ouest qui a peut-être rédigé sur les tisserands, mais ce n'est pas très pratique, j'ai déjà essayé.
    Contacter éventuellement la rédaction du "Picton".
    Voilà ce qui me vient à l'esprit et bien sur fouiller dans les archives locales du village, avec l'aide de la secrétaire de mairie, si elle veut bien t'aider et te donner accès à tout ce qui n'est pas registres.
    Tiens nous au courant !
    Bises !

    RépondreSupprimer
  15. Tissage d'orties, ça doit faire des pulls qui grattent ;-)

    RépondreSupprimer