dimanche 23 mars 2014

Le JDD du 23 Mars 2014.


En espérant que ce JDD ne vous rasera pas trop !


Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !


Jocelyne et Nathalie ne font pas les choses à moitié, voici dans un  tableau récapitulatif les solutions du JDD de la semaine dernière ! 

53 commentaires:

  1. Ne nous rasera pas trop????
    J'ai vu ni Pierre Dac ni Francis Blanche donc le sujet n'est pas Malheur aux Barbus
    Y'a Apollinaire
    Un des deux poilus (Ayé c'est çà! les poilus!) donc un des deux c'est Alain-Fournier
    Céline en 12
    Et maintenant, je vais voter... parce que celle-là, c'était la der des der et y'en a eu une autre après et tous les éléments sont réunis pour la prochaine!
    Bon dimanche quand même...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voter c'est bon pour la santé : 2Km à pied aller, 2km à pied retour !

      Supprimer
  2. Bonjour les p'tits (Poi)lus!
    Almanachronique a attaqué très fort; en 8 je reconnais Charles Péguy mort au front. Alors" les écrivains durant la première guerre mondiale"?
    Poutoux
    Jocelyne

    RépondreSupprimer
  3. le 5 Louis Pergaud auteur de " de Goupil à Margot" prix Goncourt 1910 et de " la guerre des boutons" 1912, mort sur le front le 8 avril 1915 près de Marcheville en Woëvre. Quel gâchis!
    Jocelyne

    RépondreSupprimer
  4. en 2 je pense que c'est Georges Carpentier né le 12 janvier 1894 que l'on connait comme boxeur mais qui s'illustra durant la première guerre en tant qu'aviateur ce qui lui valut la Croix de Guerre et la médaille militaire.
    Exit la notion d'écrivains au profit de celle plus vaste d'hommes illustres .
    La tranchée est ouverte.
    Jocelyne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement, c'est un JDD tranquillou cette semaine !

      Supprimer
  5. Au premier café, Jocelyne est en forme ! Excellent les p'tits (Poil)Lu ! Aujourd'hui, pas trop de prise de tête, déjà qu'il faut choisir un bulletin de vote et que pour la première fois à Availles, on ne vote pas avec son stylo, interdit de droit de rayer des noms ! Le thème est tout simple, comme la moustache, il saute aux yeux ! Il n'y a pas que des écrivains, et ils ne sont pas tous morts au front, mais ils avaient du talent et/ou sont restés célèbres.
    Bonne journée à tous !
    A voir les photos en uniforme, on a parfois le sentiment qu'ils se ressemblent tous.

    RépondreSupprimer
  6. Hâââââ....dur dur saluté à tous et à toutes ..... la 13 : André Citroën, 1878-1935 .
    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Et... la 3... Maurice Genevoix ,romancier-poète français,... j'entame mon deuxième croissant.

    RépondreSupprimer
  8. Ca avance au pas cadencé!
    Je vais voter, chercher mon pain de la semaine et prendre un jus sur la place de l'église et p'têt' trouver céki la dame en 9 ...La Madelon???

    RépondreSupprimer
  9. 1 , Alain Fournier, 4, Apollinaire, 12, Céline, 6, Montherlant; les 2, 3, 8 et 13, je crois que les autres ont trouvé !
    Mais où est le comique troupier Ouvrard et sa rate qui s'dilate ?

    RépondreSupprimer
  10. la 14 Marie Marvingt véritable phénomène née en (1875-1963) sportive accomplie ( natation, bicyclette, boxe, jiu-jitsu) qui fut aussi la première femme à piloter seule un avion. Elle participa clandestinement à 2 attaques aériennes sur Metz. On l'a surnommée" la fiancée du danger".
    Une qui doit bien plaire à notre Lulu.
    Donc il faut élargir notre recherche aux femmes et en particulier sur celle qu'Almanachronique appelle la Madelon du 9.
    Jocelyne

    RépondreSupprimer
  11. voici le point d'information de la mi-journée:
    ouverture du bureau à 8 h Lulu scrutatrice
    Almanachronique nous en dégomme deux d'emblée.
    Tonton Mitch' un peu moins matinal mais tout aussi perspicace démarre sur les chapeaux de roues avec André Citroën puis Genevoix tout en massacrant deux croissants ( Ah! la plainte déchirante du croissant se vidant de son beurre sous la dent assassine de Tonton Mitch'!)
    Puis c'est au tour de Totirakapon de frapper très fort.
    Bon alors on en est à l'instant critique où certains nous ont sauté aux yeux, d'autres se sont trouvés par hasard sur notre chemin en vagabondant ( j'ignorais tout de Marie Marvingt jusqu'à ce matin) et il ne nous reste plus que les réfractaires ceux qu'il va falloir aller chercher à la force de la souris.
    Heureusement à ce petit jeu là Nathalie est experte et elle devrait nous rejoindre cet après -midi.
    Donc voici les candidats élus
    1-Alain Fournier
    2-Georges Carpentier
    3-Maurice Genevoix
    4-Guillaume Apollinaire
    5-Louis Pergaud
    6-Henry de Montherlant
    8-Charles Peguy
    12- Louis Ferdinand Céline
    13- André Citroën
    14- Marie Marvingt

    Donc résistent les 7, 9 , 10 ( qui m'évoque Léon de Montesquiou) , 11 , 15 ( Charles Vanel? poilu et acteur dans les Croix de Bois) et le 16 ( mais là on change de camp car il me rappelle Ernst Jünger).
    Bon après-midi.
    Jocelyne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis plus au bureau, je l'ai fait, et ça fait partie des bons souvenirs !
      Nous avons choisi l'option Prinçay/Availles à pied, bras dessus, bras dessous, avec le chien. Une petite balade bien sympa, avec un vent du nord très frais, mais au pas cadencé, il s'oublie vite.
      Retour à Prinçay pour entendre les cloches et mon estomac en canon à midi !

      Supprimer
    2. Marie Marvingt était la femme la plus décorée de France - détentrice de 34 médailles et décorations de France et d'ailleurs. En plus des précitées, """ elle détenait la Croix de Guerre 1914 -1918 avec palmes,""" les Palmes Académiques ; la Médaille de l'Aéronautique; la Médaille de la Paix du Maroc.
      Comme cela en passant

      Supprimer
    3. Georges Carpentier , pendant la Première Guerre mondiale, il sert dans l'armée de l'air, reçoit"" la Croix de guerre et la Médaille militaire""
      LULU, LULU.... j'arrête ok ? Alors ? Pitié !

      Supprimer
  12. Quand je trouve...je trouve :
    La 9 : Flora Sandes (22 Janvier 1876-1824 Novembre 1956) était la seule Colombie- femme officiellement à servir comme soldat dans la Première Guerre mondiale Initialement un. St. John Ambulance volontaire, elle s'est rendue à la Serbie , où, dans la confusion de la guerre, elle a été officiellement enrôlé dans l'armée serbe. Elle a ensuite été promu au grade de sergent-major , et, après la guerre, pour le capitaine .

    RépondreSupprimer
  13. ...et la 16: Alfred Lichtenstein, né le 23 août 1889 à Wilmersdorf, quartier de Berlin et mort le 25 septembre 1914 à Vermandovillers (France) est un écrivain expressionniste allemand.
    Son poème:
    ""Départ pour le front""
    Avant de mourir je dois juste écrire ce poème.
    Faites silence, camarades, ne me dérangez pas.
    Nous partons pour la guerre. La mort est notre destin.
    Oh ! Si seulement ma fiancée pouvait arrêter de brailler.
    En quoi ai-je de l'importance ? Je suis heureux de partir.
    Ma mère pleure. On a besoin d'être fait d'acier.
    Le soleil se couche sur l'horizon.
    Bientôt on me jettera dans une jolie fosse commune.
    Dans le ciel, le bon vieux crépuscule est tout rouge.
    Dans treize jours, peut être, je serai mort.

    RépondreSupprimer
  14. Alors là Tonton Mitch' je suis épatée!!!
    Comme Nathalie a déserté vous ne pourriez pas nous refaire un doublé du même genre pour les 7,10,11 et 15?
    Jocelyne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mon neurone a trop travaillé . II lui faut quelques moments de repos pour poursuivre des recherches.
      À demain (un peu occupé)
      Bonne nuit

      Supprimer
  15. Salut les fortiches!
    Y'a du champ au frais pour après le dépouillement... je vais voir si les nôtres ont GÄĨgné!!!

    RépondreSupprimer
  16. Hello, avant de commencer une journée bien remplie, une pensée.
    Je subodore que derrière ce JDD il y a soit blessures ou bien des décorations?
    À plus tard.
    Bonne semaine

    RépondreSupprimer
  17. le 7 m'évoque Anthony Quinn ( allez savoir pourquoi?) mais il est né en 1915. Quant au 11 je lui trouve un irrésistible air de poupon saxon.
    Bon autant dire que je sèche lamentablement et que quelques indices Lulu seraient les bienvenus.
    Poutoux et excellente journée.
    Jocelyne

    RépondreSupprimer
  18. Eh oui c'est vrai qu'il a des airs d'Anthony Quinn, mais c'est un poilu très célèbre, sa blessure le fait sans doute travailler un peu du chapeau, il manie le pinceau et dans son domaine prend la tangente à angle droit.

    RépondreSupprimer
  19. Le 11 travaille de sa plume sous un pseudo qui lui vient d'une vague racine écossaise... Il est du 69ème RI, des tranchées il ramène le souvenir des rats, un ton qui dérange et une blessure à la tête comme son copain Guillaume

    RépondreSupprimer
  20. Le 10 qu'on aurait pu surnommer "nous voilà" avait dans sa caisse de poilu, un drôle d'instrument...

    RépondreSupprimer
  21. Le 10, c'est Maurice Maréchal, le violoncelliste ;-)
    Bravo à tous pour toutes les découvertes, et bonne semaine. Bises.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo ! Si Odile revient sur le JDD ça va dépoter ! Bises !

      Supprimer
    2. Et donc... Il était Officier de la Légion d'Honneur et titulaire de la Croix de Guerre... na

      Supprimer
  22. Bonjour
    Le 7 ,Georges Braque

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est bien Braque, bravo Eliane !

      Supprimer
    2. Et... Georges Braque grièvement blessé le 11 mai 1915 à Neuville-Saint-Vaas t64, Braque est laissé pour mort sur le champ de bataille. Il est relevé par les brancardiers, qui ont trébuché sur son corps le lendemain, dans ce charnier où 17 000 hommes ont été broyés64. Trépané, le peintre ne reprend connaissance qu'après deux jours de coma65. Il ne se remet pas avant 191766. Deux fois cité,"" il reçoit la Croix de guerre""... na

      Supprimer
  23. Et le 10 Pierre Chaine peut-être, et ses "mémoires d'un rat" ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aussi penser à lui mais je ne trouve pas une photo de lui.

      Supprimer
    2. Non ce n'est pas lui, mais c'est un Pierre. Il admire Aristide Bruant, et il aurait aimé être peintre. Il peint, il écrit, il traine au bateau lavoir, au lapin agile, vit en vendant des chansons, il collabore à la revue le rire.
      Il a une drole de vie qui le fait "rire jaune"....

      Supprimer
  24. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  25. Pierre Mac-Orlan.
    Heureusement que le bataillon de réserve nous a rejoints .
    Très tonique ce JDD avec une participation large et active.
    Très bonne semaine.
    Jocelyne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et... Pierre Mac-Orlan. mobilisé le 2 août 1914, il rejoignit le 69e d'infanterie, à Toul, et fut blessé le 14 septembre 1916, près de Péronne, à quelques kilomètres de son lieu de naissance. Évacué vers l'hôpital de Ouistreham, Mac Orlan obtint un congé de convalescence qui lui permit d'être soigné à l'hôpital Saint-Louis de Paris 52. Il ne retourna plus au front, et "" fut décoré de la Croix de guerre.""" ... na
      J'avions raison depuis longtemps Lulu

      Supprimer
  26. Mais oui, le "mac" écossais, bon sang mais c'est bien sûr :-)

    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  27. Etourneau que je suis ! Et le 15?
    Jocelyne

    RépondreSupprimer
  28. J'avais oublié le 15... C'est un roi de la petite reine !

    RépondreSupprimer
  29. Peut être Francois Faber mort en 1915
    Très bonne semaine à tous

    RépondreSupprimer
  30. Oui , c'est bien François Faber, né le 26 janvier 1887 à Aulnay-sur-Iton dans l'Eure et mort tué à l'ennemi le 9 mai 1915 à Carency ou à Mont-Saint-Éloi2 selon les sources, dans le Pas-de-Calais, est un coureur cycliste de nationalité luxembourgeoise.
    Engagé volontaire dans la Légion étrangère dès le début de la Première Guerre mondiale, il est tué au combat lors de la bataille de l'Artois en mai 1915. Il disparaît le 9 mai 1915 (son corps ne sera jamais retrouvé).
    "Décoré à titre posthume de la Croix de guerre "
    Bravo Nathalie F. dit NF et Lulu

    RépondreSupprimer
  31. Le 15: Je pensais à Petit-Breton (Lucien Mazan) décédé pendant la guerre d'un accident de voiture.

    RépondreSupprimer
  32. Le 24 mars un commando emmené par Eliane, Nathalie et Tonton Mitch' se lance en pleine nuit à l'assaut de la côte 15 et à 22 h41 après une brève échauffourée cette dernière est enlevée grâce à l'action héroïque de Nathalie.
    Tonton Mitch' y plante fougueusement le drapeau qu'il cachait dans son barda depuis le début du conflit: " décoré de la Croix de guerre".
    Au fait Tonton quelle récompense a reçu Alfred Lichtenstein?
    Poutoux.
    Jocelyne

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sort de ma tranchée... touché... je n'ai trouvé aucune récompense pour ce soldat . Encore un obus de Lulu !
      Oncelline, merci pour ce coup de baïonnette.... grrrr
      Bise

      Supprimer
  33. Le poilu et les filles à table ! On va arroser ça avec un p'tit pinard sous la guitoune.
    La liste est bouclée, y'a pu qu'à aller lire les mots de ces trop jeunes hommes.
    "On se déhotte vers six plombes. Il n'y a pas à se magner pour se fringuer,car on se pagnotte avec ses grolles et son fendard et on n'a qu'à se coller son képroque.......Quand l'appel a été fait par le pied d'bane, les poilus qui s'sont faits porter pâles vont voir le toubib; les autres démurgent et vont bagoter à l'exercice pour se dégeler les fumerons. Quand on radine au patelin, on se tape le rapport ousqu'on nous donne les babillardes et les paxons, puis on se coltine les distribes, on touche de la barbaque gelée. Quelquefois du pinard, mais le plus souvent, on se l'accroche toujours nibe de gnole. Puis on va becqueter. Comme le cuistot fait de la becquetance maous pépère, on s'en fout plein la lampe. ......."

    RépondreSupprimer
  34. L'argot des tranchées sur Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54554698.image.r=l%27argot+des+tranch%C3%A9es.f11.langFR

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lulu... comme sorcière, tu te poses en reine suprême!
      Est-ce le lien ? Je ne puis croire qu'Alfred Lichtenstein eut utilisé ce langage !
      Tu mériterais le peloton d'exécution pour tromperie et camaraderie avec l'ennemi.
      Bises quand même... le poilu

      Supprimer
    2. Tonton, sentir le grillé, pour une sorcière c'est une matière de promotion ;-)
      Allez, c'est pas tout ça, le JDD de dimanche, faut que je m'y mette !
      Bises.

      Supprimer
  35. Grand-Père,

    cette année il va y avoir beaucoup de bruit autour de cette "Grande Guerre", cela t'aurait choqué toi que je crois encore entendre dire" laissons les morts reposer en paix". Toi qui affronta 3 ans de service militaire suivis de 4 ans de conflit. Toi dont tel un cancer la vie de soldat avait rongé toutes les forces vives tant physiques que psychiques, ne laissant que des bribes d'énergie à l'homme, à l'époux, au père.
    Cette guerre tu te refusais à en parler. Quant on l'évoquait passait dans ton regard un éclat dur et froid comme celui d'un obus.
    Certes tu ne fus pas blessé dans ta chair si ce n'est cette fragilité pulmonaire due à l'inhalation d'ypérite quand " au péril de ta vie tu te portas au secours de tes camarades sous le feu de l'ennemi" ce qui te valut la médaille militaire.
    Mais ce fut pire car tu en revins apparemment indemne. On rendit hommages aux morts, aux" Gueules Cassées", aux "Ailes Brisées " mais nulle mention des âmes dévastées.
    Comment après avoir connu une vie d'une telle intensité où la beauté, la laideur, le bien ,le mal, l'humain et le sordide étaient portés à leur paroxysme retrouver la platitude du quotidien civil ?
    Comment supporter les mesquineries du voisin de palier quand le camarade de tranchée aurait donné sa vie pour toi? Le pire c'est que c'était peut-être le même bonhomme!
    Comment faire refleurir le printemps sur un champ dévasté ?
    Certains y parvinrent , d'autres pas.
    Tu trouvas refuge dans l'alcool. "Il boit" disait-on, mais qui de ces censeurs aurait eu le courage d'affronter le dixième de ce que tu avais vécu ?
    Enfant, j'avais senti la fêlure mais je n'ai rien compris. Pourtant je me rappelle le plaisir que j'avais à glisser ma main dans la tienne.
    Je te sentais doux et la seule fois où découvris que tu pouvais être violent c'est lors de ton combat avec un rat qui menaçait le poulailler; je découvris au autre homme, celui qui peut-être ( nous ne le sûmes jamais) avait tué pour défendre sa peau.
    Alors , aujourd'hui je pense à tous ceux qui, parce qu'ils avaient survécu à ces quatre années d'enfer ont du survivre jusqu'à la fin de leurs jours hantés par des souvenirs atroces.
    Repose en paix, Grand-Père, je suis très fière de toi .

    RépondreSupprimer
  36. Merci pour ce bel hommage anonyme !
    Les archives départementales, un peu partout, mettent à disposition les fiches matricules des poilus, tous les poilus. Les morts, les survivants, les gueules cassées, les vies brisées, les résilients, les durs à cuire. Répertorier les morts pour la France, c'est penser à eux, forcément aussi, à leurs mots, leurs regards, leurs silences. Et lorsqu'on ne les a pas connus, tout ce que les photos d'après nous apprennent.
    Amitiés.

    RépondreSupprimer