vendredi 29 juillet 2011

Première fois....


Elle jouait les prolongations depuis déjà une semaine...
Tous les deux jours, en attendant qu'elle se décide, nous allions vérifier que son p'tit monde restait douillet.
Autour de midi, ce jour-là, carton rouge. Il était temps de prendre l'air.
Déclenchement des hostilités.
Je n'eus pas le droit de me rhabiller. Vaguement drapée d'une chemise verte, ventre en avant et fesses à l'air, radieusement impudique, c'était parti !
Comme ma mère avant moi, j'avais choisi pour mes premières armes le meilleur terrain de jeu.
En ces temps d'échographie naissante, de péridurale incertaine, de déclenchement hasardeux,
je misais, sans militer, sur moins de douleur, moins de césarienne, plus de qualité,  modestement mais énergiquement,
comme une évidence.
Comme sa mère l'avait fait pour elle, la mienne m'avait donné confiance.
Simplement, sans chichi, sans méthode, quelle que soit la manière, je serai mère,
et la bataille serait belle.
Comme la sienne avant elle, ma mère m'avait déjà faite mère.
Dehors, ailleurs, l'attente faisait d'elle une grand-mère...
Matern'Elle,
 comme je le serai pour elle.
Par la fenêtre ouverte, chantaient les oiseaux du petit cloître des religieuses voisines.
Il faisait très chaud sur Paris.
 L'oreille rivée au galop permanent du monito,  le coeur au ventre.
Et le temps passait.
Dehors ailleurs, pressé de me retrouver, l'inquiétude faisait de lui un père.
Et le temps passa.
La douleur s'installa, profonde, redondante, épuisante, je l'attendais, la laissais m'envahir, tellement péri-duraBle.  Tardivement venu, le progrès d'un apaisement efficace fut salué comme un dû.
La mécanique fit sa loi : pour dire bonjour à la vie, il faut fléchir la tête, humblement.
La main assurée, démesurément introduite, de"l'homme-qui-sait" relaya celle de la femme-sage qui doute.
A peine une parole,
un sourire, un regard,
 Le temps d'un geste,
Le bon geste.
Le temps passa plus vite...
Le temps passe si vite,
Poussant ensemble,
de toutes nos forces vers demain,
Elle naquit autour de minuit !




Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

14 commentaires:

  1. Quel beau bébé avec déjà le regard bien ouvert sur le monde ...

    RépondreSupprimer
  2. Bienvenu dans le monde magique bébé sorcière...
    :o))

    RépondreSupprimer
  3. Un bel article Lulu...:o)
    Et mes plus douces pensées...bises..:o)

    RépondreSupprimer
  4. bon anniversaire à elle ! ça fait des souvenirs, tout ça......:)

    RépondreSupprimer
  5. Magnifique !!! le bébé à qui je souhaite bon anniversaire et ton texte, très beau, très vivant, très joyeux ... pour le coup, je suis en panne de mots touchée que je suis par cette merveilleuse envolée ... :-)
    bises

    RépondreSupprimer
  6. Je ne peux qu'être attendri ...sacrée Lulu ...bises .

    RépondreSupprimer
  7. Oh Lulu !!! Merci, merci beaucoup pour cette première fois, très,très émouvante. Tu dis si bien les choses !!!
    GROS BECS émus...

    RépondreSupprimer
  8. Est-ce une petite larme d'émotion qu'on voit sur la joue de la toute première ;-))
    Très beau récit, Lulu. merci pour toute cette tendresse.

    RépondreSupprimer
  9. C'est un bel article Lulu, tu t'en souviens comme si c'était hier... je suis éberluée ! J'avoue que je n'ai gardé comme souvenir de ces heures lourdes (particulièrement indolores et rapides pour moi en fait) que celui du moment où l'on souffle dans le nez du petit être qui vient d'apparaître, le faisant crier, et où l'on vous annonce "c'est une fille"... pour rien au monde je n'aurais renoncé à cette surprise de dernière minute, même si de mon temps, déjà, on vous annonçait le sexe à l'avance (avec une certaine marge d'erreur à l'époque)!

    RépondreSupprimer
  10. Voilà une belle mise "à jour"...nocturne narrée avec tendresse et émotion. Que du joli mot.
    Un des moments les plus époustouflants de la vie d'une future mère...et de celle d'un père. Quant à l'enfant nouveau-né... tout reste à faire. Les Aventures l'attendent.

    RépondreSupprimer
  11. Avec beaucoup de retard en cette période riche en rebondissements estivaux familiaux, Merci !!!
    Marité avait réclamé mes "faits d'armes" à ajouter modestement à la collection des accouchements littéraires de Louise, Jeanne, Rosalie et quelques autres.
    Pour les 28 ans de cette belle Mathilde là ça ne pouvait pas mieux tomber.
    J'aurais pu faire une version plus rigol'Hard. Une autre fois... j'ai choisi la tendresse et je vois que vous me donnez raison.
    Je m'en souviens en effet comme hier, avec encore plus de détails.
    Pour ma part,Michelaise, fille ou garçon, j'ai toujours voulu "savoir", ne serait-ce par la suite que pour prévenir Félix (l'unique XY du lot) que nous lui avions "encore" fait... une petite soeur ;-))))
    Bienvenue, les idées Heureuses ! En effet tout reste à faire et à la fois on n'écrit jamais sur une page blanche.
    Il me reste cinq autres fois à mettre en mots ;-)

    RépondreSupprimer
  12. Forcément que c'est ton préféré !

    RépondreSupprimer
  13. Très beau texte découvert par hasard ce soir...et ce visage de nouveau-né est tellement paisible...
    merci donc pour ton post préféré!

    RépondreSupprimer
  14. Merci Myriam ! Une, parmi les mille et une belles manières de naître... à la parentalité. Bises.

    RépondreSupprimer