jeudi 10 février 2011

Poussez Marquise, Poussez !



Voilà la dernière affiche retrouvée et la plus ancienne. Elle date de 1788, pré révolutionnaire.
Le ton y est très différent.
L'hommage est rendu à Madame Ducoudray qui est venue en 1764, et c'est déjà le chirurgien MAURY qui se charge de l'enseignement des sage-femmes.
On voit qu'au certificat de bonnes moeurs doit s'ajouter le certificat de baptème.
Ce sont en effet les curés qui vont envoyer les jeunes femmes auprès de MAURY.
Les seigneurs ont aussi ce privilège.
L'enseignement dure un mois et donne droit à une attestation permettant d'exercer la profession de sage-femme.
A la campagne, la sage-femme est toute puissante, enfin... Elle est surtout toute seule ;-)
A la ville par contre, son pouvoir est bien moindre, puisqu'il est signifié à la fin du texte qu'elle doit se plier aux directives des chirurgiens qui semblent déjà avoir pris en charge une partie des maternités.


Le texte :
Le succès des instructions données gratuitement aux femmes de la campagne qui se destinent à la profession d'accoucheuses ne peut que nous engager à soutenir un établissement aussi utile. Nous annonçons en conséquence que le cours qui doit avoir lieu cette année à Poitiers en faveur des Elections de Poitiers, Confollens,Chatellerault, Thouars et Saint Maixent sera ouvert à l'ordinaire dans la maison de Sieur MAURY chirurgien démonstrateur chez lequel se présenteront munies de certificats de bonnes moeurs avec leurs extraits de baptème délivrés par le curé ou vicarie de leur paroisse toutes les femmes des dites Elections qui désirent venir y prendre des leçons selon la méthode de Dame Ducoudray
.........
Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !
Posted by Picasa

6 commentaires:

  1. Sobre et efficace. Il a bien mérité de la patrie, le citoyen Maury.:)

    RépondreSupprimer
  2. Cela ne m'étonne pas pour les curés qui étaient des personnes très importantes dans
    les petites communes (les plus grosses aussi).

    Dans les Mauges très catholiques, ce sont eux qui dirigeaient les consciences avec toutes ces histoires de péchés véniels et mortels. Une soeur de papa me racontait que pendant les 9 ans qu'elle a vécu dans la commune de ma naissance, elle a eu 9 enfants (en gros, le nombre d'années mais significatif) et à partir du moment où elle est partie s'installer sur Angers, terminé. Le curé, du haut de sa chaire, disait qu'il ne fallait faire l' "acte" que pour avoir des enfants sinon, c'était pécher.
    Quant la femme de mon frère s'est retrouvée enceinte (en 1974), l'abbé est venu les trouver pour bénir, à l'avance, l'enfant à naître, afin que s'il arrivait un "accident" (fausse couche), il irait près du Seigneur et non dans les limbes. Mon frère l'a mis gentiment "à la porte" après un bon échange de point de vue.

    RépondreSupprimer
  3. Ah !!! Les curés !!! Des figures très (trop) importantes qui rivalisaient avec les instits...
    J'ai habité (logement de fonction) un presbytère, et c'est là que mon titiot est né... un ange donc !!!
    BISOUS

    RépondreSupprimer
  4. Allons bon, moi qui croyais qu'il allait être question d'escarpolette !!! en fait l'escarpolette c'était avant, et là, on est bien content d'avoir la sage-femme qui rassure, aide, résoud tous les problèmes, pousse le mari dans un coin et réconforte la parturiente !

    RépondreSupprimer
  5. Très important le certificat de baptème pour devenir sage-femme!
    Bises

    RépondreSupprimer