mardi 8 février 2011

Poussez citoyenne, poussez !


L’Art le plus utile dans un gouvernement libre, est celui qui multiplie et conserve l’espèce humaine. Le bonheur de l’homme n’intéressait pas le despotisme : il y avait toujours assez d’esclaves, il ne saurait y avoir maintenant trop de Républicains : La Société n’est forte que par le nombre. Les législateurs ont perfectionné l’art de rendre l’homme heureux par les Vertus et la Liberté ; perfectionner l’art d’assurer son existence, c’est multiplier les bienfaits de la nature, et consolider leur ouvrage. L’humanité fut trop longtemps outragée par l’ignorance ; trop long-temps la routine meurtrière des Sage-femmes la fit gémir par des expériences funestes. La République a proscrit toutes les erreurs dangereuses ; avec quelle jouissance les hommes Libres ne verront-ils pas propager les principes précieux de l’art de l’Accouchement ! Avec quel empressement nos Femmes Républicaines n’honoreront-elles pas la nature et leur propre sensibilité ! Le Directoire du Département de la Vienne, plaçant au nombre de ses premiers devoirs l’encouragement de tous les établissements utiles à l’humanité, prévient ses Concitoyens, qu’il sera ouvert le premier Thermidor, un Cours public et gratuit d’Accouchement. Ce cours, confié à l’expérience du citoyen MAURY, appelle les Femmes de ce département à servir utilement leur Patrie. Elles seront reçues sur des attestations de leur municipalité, qui constateront leurs bonnes mœurs et leur civisme, pourvu que leur âge ne passe pas quarante ans. Enfin, il sera pourvu pendant le mois qui durera ce Cours, au logement et à la subsistance des femmes qui le suivront. Poitiers 14 Messidor an Second de la République. ….
 

Voici le premier document d'une série trouvée aux AD de Poitiers concernant les cours d'accouchement dans la Vienne pendant la révolution.
On n'a pas attendu 1789, pour sonner l'alarme sur l'incompétence des matrones et sage-femmes, particulièrement dans les campagnes où la mortalité est grande tant maternelle qu'infantile.
ça fait déjà environ 25ans que Madame Du Coudray a commencé à former les sage-femmes avec sa "machine", sillonnant la France. Elle est dans le Poitou en 1764 où elle restera six mois.  
Mais la révolution instaure la gratuité des cours, répond à la mobilisation des médecins et incite par voie d'affichage les femmes jeunes à apprendre.
Je vous laisse savourer le ton militant de cette affiche. A chaque époque, et encore de nos jours, souffleront sur la maternité  les idées dans le vent, politiques, sociales, parfois porteuses de science et de progrès, de libération et de confort, parfois un peu moins.

Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !
Posted by Picasa

8 commentaires:

  1. Décidément, on sait plus quoi faire pour s'assurer de la rentabilité de nos ventres ! Quel discours !

    RépondreSupprimer
  2. Cela partait peut-être de bonnes intentions ,mais au final,j'ai bien du mal à les trouver ...
    Merci Lulu de tes passionnantes recherches et des billets que tu publies qui me permettent d'en profiter.
    Bonne journée et bises

    RépondreSupprimer
  3. Si on met de côté le discours (servir la patrie par ex.), le fait de permettre, grâce à des cours d'accouchement, à des femmes et enfants de ne pas mourir(sans parler des souffrances)ce n'est peut-être pas si mal ...
    Bonne journée
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
  4. Je ne sais plus Lulu si tu as eu l'occasion de mettre une photo de cette fameuse "machine" dont l'unique exemplaire restant, il me semble, est au musée de Haute-Normandie :
    http://www.musees-haute-normandie.fr/objet.php3?lang=fr&idrub=72&id_article=803
    J'ai lu (toujours dans Art Magazine :-))) qu'elle les fabriquait elle-même, en soie et autres tissus. Remarquable...

    RépondreSupprimer
  5. On a encore mieux ici, et là on cite le Musée Flaubert et de l'histoire de la Médecine à Rouen

    http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/joconde_fr?ACTION=RETROUVER&FIELD_7=LOCA&VALUE_7=MUSEE%20FLAUBER%2b&FIELD_9=DMIS&VALUE_9=2005/01%2b&NUMBER=1&GRP=0&REQ=((MUSEE%20FLAUBER%2b)%20:LOCA%20%20ET%20%20((2005/01%2b)%20:DMIS%20))&USRNAME=nobody&USRPWD=4$%2534P&SPEC=&SYN=1&IMLY=&MAX1=1&MAX2=1&MAX3=100&DOM=All

    RépondreSupprimer
  6. Quelle femme intelligente et ingénieuse, c'est en effet remarquable. Merci Odile !

    RépondreSupprimer
  7. Lulu m'a laissé les clés de sa maison pendant son absence ;-))
    oui oui elle en a déjà parlé, il y a deux ans, et c'était là (avec d'autres illustrations que celles que j'ai proposées) :
    http://lulusorciere.blogspot.com/2009/03/sage-femme.html

    RépondreSupprimer
  8. Citoyennes, j'ai bien fait de vous laisser les clés ;-))
    Je vais la faire remonter Madame Ducoudray et nous en reparlerons encore plus sérieusement et aussi dans le contexte local.
    En attendant... Je reviens des Archives et j'ai trouvé l'assassin !!! Je vais me faire remonter les bretelles par l'inspecteur Val, Lulu Watson part enquêter avec son appareil photo, mais oublie de remettre la batterie... grrrrrrrrr J'y retourne demain.
    Je suis bien d'accord avec toi Annick, on est à un tournant de l'obstétrique, et on met enfin en place des mesures pour lutter contre la mortalité maternelle et infantile.
    A suivre, j'ai des documents très intéressants à partager avec vous.

    RépondreSupprimer