lundi 24 janvier 2011

Le papier rose d'Adelson.



C'est le 8 Juin 1926, qu'Adelson GILBERT, 48ans, décroche son permis de conduire à Sossay dans la Vienne.
Pour la photo, il s'est fait beau, noeud papillon, il semble assez sur de lui, tout va bien se passer.
Il est le 13 342ème lauréat d'un examen de conduite qui débuta


avec Léon Serpollet en 1889, sur un tricycle à Paris 16ème.

L'année de l'Exposition Universelle avec sa Tour Eiffel
En 1893, on compte 1700 véhicules en France. Le préfet Lépine instaure un "certificat de capacité" qui concerne les HOMMES majeurs, avec au programme : démarrer, se diriger, s'arrêter. Pas de marche arrière, donc pas de demi-tour, pas de créneau, pas de feu rouge, pas de priorité à droite.

En 1897, on autorise les FEMMES à se lancer sur les routes. Les machos diront sans doute qu'en conséquence on dut limiter la vitesse à 30Km/H à peine deux ans plus tard...
En 1922, on instaure le permis de conduire, le p'tit papier rose nouvelle formule.
Le premier feu rouge est installé à Paris, on pratique désormais la priorité à droite, on rédige un code de la route et on met en place une police de circulation. L'âge d'obtention est abaissé à 18 ans.


1986, mise en place de la conduite accompagnée, 2002 Camille Godard, en Ford Transit, Paris, place de la Concorde, Lulu Sorcière accompagnatrice, verte de trouille immortalise, ribambelle écroulée de rire à l'arrière...
Prenez garde, on compte les points depuis 1992.


Marlène et  Régis, travaillent d'arrache pied, la branche GILBERT de l'arbre de la Godardière. Merci à eux pour ce document précieux, qui nous permet un sympathique coup d'oeil dans l'rétro ;-)
Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

13 commentaires:

  1. Je m'en doûtais pour le premier permis de conduire mais je n'ai pas su bien chercher, voire retrouver ce que j'avais lu en diagonale et du coup, crénom de nom, où j'avais bien pu lire c'te histoire de permis ... faute de vérification, j'ai laissé tomber. Alors un grand merci. Les neurones du silver étant en berne en raison du virus que
    soi-disant, je lui avais refilé, ne m'a été d'aucune aide, pov'chou ... à chacun son tour dame !
    bonne journée,
    bises

    RépondreSupprimer
  2. Je me doute que tu étais verte de trouille place de la Concorde.
    Il était quelle heure????
    Car l'heure à son importance pour le degré de trouille!!
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  3. Génial, un permis de conduire à l'ancienne, une "automobile" !! Maintenant sur les photos, on est obligé de redevenir aussi guindé, pas de sourire ni de tralalas... Bises et bonne semaine Lulu.

    RépondreSupprimer
  4. Je crois comprendre que Tonton aurait préféré que je lui raconte la vente aux enchères des Pin'up ou le salon de la lingerie ;-)

    Annick, je vois le tableau ;-)Transmets tous mes voeux de prompt et complet rétablissement à ton silver préféré. Une p'tite tisane de dame Cora ?

    Françoise, c'était heureusement en Aout, début d'après-midi, je crois. C'était déjà pas mal pour une première virée parisienne, quelques crampes dans la jambe droite, tu sais celle qui freine dans l'vide en conduite accompagnée...
    Mais Camille était très à l'aise avec ce très gros véhicule, belle comme un camion mon apprentie !
    Coucou Odile, tu as raison, pas moyen d'exprimer sur les photos d'identité, je ne suis pas sure qu'on autorise le noeud papillon,cette désormais fantaisie vestimentaire.
    Bises.

    RépondreSupprimer
  5. Ouah punaise ! je risquais pas de trouver....j'l'ai pas, le permis de conduire !

    RépondreSupprimer
  6. J'en connais qui ont tourné un certain temps sur la place de la Concorde ! Je peux pas sortir !!!!

    RépondreSupprimer
  7. Tu m'étonnes que tu étais verte de trouille, je n'aime pas conduire à Paris, je n'étais pas fière la première fois que j'ai pris la place de l'Etoile. Je ne suis pas fière non plus à côté de mon chauffeur de mari parisien qui n'hésite pas à slalomer entre les voitures lorsque nous faisons une petite escapade dans la capitale!
    Pour le permis de conduire, je n'y avais même pas pensé, honte à moi ;-)
    bises

    RépondreSupprimer
  8. Tu es d'un grand courage ma Lulu. Quand je vais chez ma grande Doudouce (me fille aînée qui est si calée en d=Dessins animés) elle conduit, et moi je ferme les yeux, pour ne pas voir ce qui vient sur ma droite, et elle est très zen. Mais c'est bientôt fini Parissssssssssss, elle qui son aéroport, pour un autre, aéroport, mais plus près de sa mumu. Bon nous voila bien loin du 8 Juin 1926 et d'Adelson GILBERT. Mais cette nouvelle est bien douce à prendre et j'avais peut être envie de la partager. Bonne soirée ma Lulu et bises fatiguées

    RépondreSupprimer
  9. Tataze, quelle bonne nouvelle, merci de la partager, nous aussi ça nous fait du bien ! Elle est formidable ta grande, tu peux être fière. Voilà du concentré d'espoir. La fatigue, j'espère qu'elle va vite s'atténuer. Je t'embrasse très très fort.

    RépondreSupprimer
  10. Martine ;-))
    Ah ben oui Valérie, alors c'est pas du boulot ça !
    A Paris qu'on soit en voiture ou en métro, on reprend vite ses réflexes, rapidité, réactivité, sinon c'est fichu !
    Vous savez, mes mômes, maintenant, il leur arrive de me faire la conduite accompagnée...pffffffff

    RépondreSupprimer
  11. Ah conduire à Paris ,je ne pourrai pas ..;Il me fait sourire mon homme qui très à son aise me dit souvent tu vois y'a pas de problème ,c'est facile .Ben oui tient, avec ces bagnoles qui arrivent de partout que je ne sais point ou donner de l'oeil, certain que c'est fastoche !!!
    Ah ah ils te font la conduite accompagnée tes mômes pour que tu révises ???
    bonne journée

    RépondreSupprimer
  12. Mon Papa m'avait raconté que pour passer son permis (en 1945 environ) il était allé, au volant de la voiture de son frère, passer l'examen de conduite. Tu imagines l'inspecteur le voyant arriver conduisant déjà. Il l'a obtenu bien entendu !!!
    BISOUS.

    RépondreSupprimer