samedi 15 janvier 2011

Le grand hiver à Asnières. 1709.



L'année 1709, l'hiver a esté
si grand, qu'il a gelé tous les froments
les arbres, les vignes les noyers et les peuples
n'ont jamais été si oppressés.

Brin Curé d'Asnières.
 

L'année 1709, c'est le grand hiver en Europe. A Paris le thermomètre va descendre jusqu'à - 26°.
Tout va geler, même le vin dans les tonneaux.... Pendant trois mois, la capitale ne sera pas ravitaillée.
En Janvier 24000 parisiens vont mourir de froid.
Dans le Poitou aussi on grelotte et on a peur.
A Asnières, toute petite paroisse entre Prinçay et Monthoiron, le curé Brin, qui n'est pourtant pas si bavard, note sur ses registres les souffrances de ses paroissiens qui voient les noyers , les arbres et les blés geler.
On mourra beaucoup cette année là, et encore la suivante....
-------
Evolution de la mortalité sur Asnières.
1706 : 8 décès.
1707 : 6 décès
1708 : 4 décès
1709 : 10 décès
1710 : 12 décès.
1715 : 3 décès.
Je ne retrouve pas les actes de 1711 à 1715....

Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !
Afin que chacun en profite à sa guise, tous les articles concernant la généalogie passent simultanément sur Lulu Sorcière et sur Lulu Archive.

10 commentaires:

  1. J'aime bien ce billet Lulu. Il nous donne des informations sur la vie des gens, leurs conditions, notamment météorologiques qui vont avoir de telles répercussions sur la vie et la mort des populations. Je te souhaite un doux week end ma Lulu. Je t'envoie mon rayon de soleil matinal qui teint en rose la colline face à moi. Petit cocon doux qui viendra peut être jusqu'à moi. Bises ma Lulu

    RépondreSupprimer
  2. BRRRRRRRRRRR , voilà une info interessante ...et terrible ,le vin qui gèle , d'où l'expression :sucer de la glace !!!

    RépondreSupprimer
  3. Les registres tenus par les curés sont riches d'informations. J'en ai récupéré un, il faudra que je relise cette "belle écriture".
    Beau week-end.
    BISOUS.

    RépondreSupprimer
  4. C'est ce que j'aime aussi, la condition de vie des gens avant nous. Là tu es remontée loin ! je n'ose imaginer ce que cela devait être.
    bon WE
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. C'est cette approche de l'Histoire que nous aimons aujourd'hui, elle nous rend les siècles passés plus compréhensibles.

    RépondreSupprimer
  6. Brrrrr ,ce qu'il pouvait faire froid !!!

    RépondreSupprimer
  7. Ben mince alors, il faut mettre les commentaires à deux endroits différents alors ?

    Quelques exemples de celui qu'on a appelé aussi "le grand hyver", sur ce site :

    http://www.histoirepassion.eu/spip.php?article393

    Merci Lulu de nous rappeler que nos ancêtres avaient des soucis bien plus grands que les nôtres avec la météo :-))

    Une petite question (inquiète...) à Marité. Tu dis que tu as "récupéré" un registre tenu par un curé. S'il s'agit d'un registre paroissial, en dehors du fait qu'il me semble bien que c'est interdit d'en détenir chez soi, sa place est aux archives départementales. Cela représente notre patrimoine commun, et celui-là manque peut-être cruellement aux généalogistes ou historiens du village concerné. Mais bon, je me trompe peut-être et il s'agit peut-être d'autre chose.

    Bises à tous (il fait déjà moins froid !).

    RépondreSupprimer
  8. Je suis en retard, je suis en retard...
    **Tataze**, De mes fenêtres, je ne vois jamais le rose du petit matin, l'église me cache le soleil. Parfois je l'ai lorsqu'il illumine intensément tout l'Ouest. Ce matin, la brume dessinait merveilleusement de nouveaux horizons, les arbres s'étiraient dans cette cotonnade pendant que le café embaumait la cuisine....
    **Michel** , **Annick**, **Michelaise**,**Brigitte**, **Marité** qu'est ce que ça devait être en effet, ça donne envie d'en savoir plus, de fouiller 1709 d'archives en archives, rien sur Prinçay, c'est bizarre, gros pic de mortalité sur Availles, mais le curé ne note rien hélas...
    Encore aujourd'hui, ce serait si difficile, j'aimerais bien avoir une simulation des conséquences d'un tel froid.
    **Odile**, tu commentes où tu veux, mais je me rends compte que dans le virtuel, comme à la maison (tu la connais la maison), tout ce qui est précieux passe par la cuisine, donc si je fais rentrer les archives directement dans le salon, j'ai le sentiment de moins les bichonner et je perds, les p'tits mots de ceux qui sont tous les jours à mon comptoir. Du coup, je continue à ranger dans des blogs séparés, pour ceux qui n'ont pas envie de s'encombrer, mais là où il y a le plus de vie c'est ici, grace à vous tous. Et je suis incapable de censurer Lulu Sorcière pour ne ranger que sur Lulu Archive ;-)
    Je ne sais pas si tu m'suis. Bref, c'est un peu comme dans ma vie, ce n'est jamais si bien rangé que lorsqu'il y en a partout...
    **Marité**, **Odile**,on trouve parfois sur les brocantes de vrais trésors, et pour certains tellement précieux qu'on n'a absolument pas le droit de les garder. Si je n'avais pas fait de généalogie, je n'en aurais rien su, et j'aurais gardé en toute bonne foi, n'importe quoi...
    D'ailleurs, j'ai un trésor que je ne vous ai pas encore raconté....
    Bises d'une journée grand soleil !

    RépondreSupprimer
  9. Euh je viens de faire un comme et je ne sais ce qu'il est devenu ???

    RépondreSupprimer
  10. un comm ! bref, il a disparu... sniff... je disais que froisser de la tôle était une bien jolie expression. Et que je suis particulièrement douée pour ce genre d'activité : recul dans un container poubelle, de face dans un poteau télégraphique, de côté sur ces plots débiles qui jalonnent les trottoirs, et encore en arrière sur un arbre malencontreusement placé dans l'angle mort du rétro... doucement, mais ça froisse !! la tôle et aussi la susceptibilité de la conductrice qui se sent "quiche"

    RépondreSupprimer