lundi 10 janvier 2011

La cage aux folles...



...Cousinades !!!

C'est Herage de Décembre 2010 (Cercle Généalogique Poitevin ) qui ajoute le cousin people Jean Poiret à l'arbre de la Godardière.
Le cousin Jean est du Poitou par sa branche maternelle (Maître Anne-Marie). Il se balade du coté de Chauvigny, mais dès la sixième génération gagne les p'tits villages alentours. On le retrouve du coté de Coussay-les-Bois par les HARDY/LYRANDE et du coté d'Archigny par les MAILLET/DUBOIS.
En passant par Leigné-les-Bois, Bonnes ou Vouneuil-sur-Vienne, il arrive vers Chenevelles à la Xème génération où MARIS François se marie à une RIBREAU Marie. Ah lalala, qui à Chenevelles ne s'est pas marié à un Ribreau ????....
C'est à la XIIème génération que je les ai reconnus au premier coup d'oeil mes amoureux, un bien joli couple que cet Antoine ARNAULT qui beurre fièrement la biscotte de sa Jacquette DESTUREAUX ! Nous voilà en 1635, à la noce !
Ces deux là, savaient se tenir chaud, et je sais de quoi je parle ;-) Avec son Antoine, elle fera une jolie ribambelle de 7 petits ARNAULT.
Chez nous, c'est  la p'tite Renée qui assurera la suite, et chez l'cousin Jean c'est la p'tite Anne !


Pour avoir tout le Poir(i)er de Jean, il faut s'abonner à Herage et/ou demander le numéro 111.
Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

5 commentaires:

  1. tu planches en généalogie Lulu ?? c'est dur tu sais car avec la manie qu'avaient nos ancêtres d'appeler tous les fils Pierre ou Jean et toutes leurs filles Marie, les branches sont parfois incertaines. N'empêche que tu as l'air d'avoir défriché ferme !! j'ai pas tout compris, mais j'ai besoin de graphique moi !!

    RépondreSupprimer
  2. Oui Michelaise,Je suis tombée dedans en 2003, à partir des vieilles photos. J'ai "remonté" les Godard, tranquillement assise à Genouillé, jusqu'au tout début du XVIIème siècle, incroyablement fascinant. Et de village en village, d'énigme en trésor, le virus était pris.
    Selon les villages, les prénoms sont plus ou moins diversifiés. Dans le sud de la Vienne, plus pauvre, les Jean, fils de Jean, et frère de Jean sont très nombreux et c'est parfois un vrai casse-tête, voire l'occasion de joyeux crêpages de chignons entre généalogistes qui ne sont pas toujours branchés "humour"....
    Je rentrerai sans doute dans l'arbre la branche Arnault qui nous relie à la Cage aux Folles, et tu suivras mieux le cheminement.

    RépondreSupprimer
  3. Si je comprends bien donc, c'est que tu voudrais mieux nous faire comprendre qu'il y ait de bonnes raisons historiques et généalogiques pour expliquer le petit grain de folie qui parcourt l'esprit de Lulu Sorcière... qu'il y a un lien direct avec la cage aux folles ?
    :-)

    RépondreSupprimer
  4. :-) ça va être "leçon de tartinage de beurre sur biscottes" tous les matins si je comprends bien ?

    RépondreSupprimer
  5. Oui c'est bien ça Owen et Annick, tout le plaisir est là, dans ces p'tits vents de folie,qui soufflent entre les mots gribouillés par le curé, ces clins d'oeil de la p'tite histoire !

    Je vous ai apporté des biscottes pour votre p'tit déj ;-)

    RépondreSupprimer