samedi 11 décembre 2010

D'une rive à l'autre...


D'un canal à l'autre, la Marne de Lulu, l'Ourq d'Odile, les piplettes de la banlieue Est
D'un quai à l'autre, directions contraires pour mieux se retrouver,
D'un ami à l'autre, Jeudi Odile au Luxembourg,
D'un souvenir à l'autre, ce jardin et son p'tit journal,
D'un soir à l'autre, vivre ses nuits au jour le  jour.
D'un temps à l'autre, la traversée de Paris by night à pied bras dessus, bras dessous, comme il y a trente ans, même slogan, ah tu verras, tu verras...


La prochaine fois les gars, au lieu d'amener ma p'tite jupe qui vole et mes talons aiguille pour faire la parisienne, je viendrai avec mes bottes Aigle et ma pelle pour déblayer la neige....
Je connais des parisiens qui trouvent têtes de veau,  les parigots.
 A chaque fois que je capitale, moi je me régale.
 Je parle à tout l'monde et tout l'monde me répond, converse, sourit, que je sois dans la rue, dans les boutiques, dans le métro et même dans le RER où j'ai réussi à dénicher un banlieusard qui connaissait les macarons de Montmorillon  !
Comment ça elle est grise ma banlieue ?

En attendant Odile,  j'ai fait gardienne de la grille du Jardin du Luxembourg désespérement fermé,  et je ne sais pourquoi tout le monde semblait persuadé que j'avais la clé ;-)
Les nuages s'arrêtant aux frontières et la neige aux grilles des jardins publics c'est bien connu... Nous avons attendu un certain temps le droit de faire crisser la poudreuse, en attendant on avait celui de glisser allègrement sur le passage piétons, que personne n'est venu sabler, ouf...

Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !
Posted by Picasa

12 commentaires:

  1. En direct du TGV pour colmar...
    Un beau recit pour de beaux moments !
    Tu as l'art de transformer ces moments d'amitie en concentres d'emotions!
    Je t embrasse fort, a bientôt pour de nouvelles aventures !

    ( Merci blackberry, c'est la premiere fois que je vois l'intérêt d'un tel engin !!)
    Odile

    RépondreSupprimer
  2. J'ai humé l'odeur de la blanche neige
    Comme toi avec les tendres souvenirs
    Oui tu possède une clef, ou clé ( aux pâtres)
    Celle, pyramidale, de nous faire rêver
    Des maux aux mots,en avant de l'avent
    Par ce samedi, ça me dit de te bisouiller

    PS:Non, non, je ne suis pas trop dérangé

    RépondreSupprimer
  3. Ah les voilà les mouettes,même qu'il y a un goéland!!
    J'espère bien que tu l'aimes Paris,qui peut ne pas l'aimer ceux qui se donnent un genre!
    Tu as fait l'ouverture,j'ai fait la fermeture,un travail d'équipe
    Bises

    RépondreSupprimer
  4. Tes billets sont toujours aussi désopilants qu'émouvants et ce n'est pas une escapade à Paris qui va nous changer notre Lulu ! Les chrysanthèmes du jardin du Luxembourg sont toujours en fleurs ?
    Bon week-end à toi !

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour, Lulu... Passagère occasionnelle et discrète de ton blog, que je trouve aussi sympathique et amusant qu'intéressant, je voulais surtout te remercier (avec retard, je m'en excuse) pour avoir posé ta petite vignette dans ma marge...
    Beau WE à toi au milieu des tiens et de tes merveilleux chats...
    NiNa-Lou

    RépondreSupprimer
  6. AH voilà ce que c'est Lulu que de s'encanailler, sûr que les bottes aigle c'est quand même plus tout terrain ! "Y" z'ont bien des 4x4 !! EN tout cas, t'as de la chance, moi ils me regardent comme une bête curieuse quand je leur parle ces gens-là, faut dire que pour nous, l'anonymat forcené du métro c'est hard, faut qu'on fasse un brin de causette. Bon j'espère que tu as passé un super séjour, t'as en tout cas l'air toute contente !

    RépondreSupprimer
  7. Ah Paris, à Paris, vu par Lulu c'est une toute autre aventure. Tu te demandes pourquoi on te parle, pourquoi on te salue, et que tu ne vois pas les têtes de veau. Tu es tellement unique, tu nous donnes tellement, que loin du tout petit écran, tu es la même. Bonne journée ma Lulu et plein de gros bisous

    RépondreSupprimer
  8. C'est sympa ces deux photos sur le quai de métro :-))) ............... Odile rayonnante, ça fait bien plaisir ... Paris, ville toujours aussi belle by night comme il y a trente ans ... joie, allégresse, jubilation ... tant de synonymes pour un si joli billet ...
    Bon WE,
    Bises

    RépondreSupprimer
  9. Ahhh super!!! te lire Lulu est toujours un moment joyeux et ces retrouvailles parisiennes très émouvantes .
    Bonne fin de week-end
    Bises

    RépondreSupprimer
  10. Rohh Lulu, on dirait une "campagnarde" ... Tu as une telle capacité de communication qu'il est évident que l'on te prenne pour une autochtone...
    BISOUS.

    RépondreSupprimer
  11. Ah Paris! La ville des amoureux où j'ai d'ailleurs rencontré l'amour!
    Tu racontes si bien ton escapade Parisienne!
    Les talons aiguilles n'étaient en effet pas les chaussures idéales pour une promenade dans la neige, la station debout devait alors être difficile;)
    Bises

    RépondreSupprimer
  12. - Odile , profite bien de ton WE. C'est bien la technologie quand même, moi c'est la notice à lire qui me fait hésiter à changer de téléphone !

    - Ah Tonton, tu étais à Paris aussi ? Merci pour cet enthousiasme, cette météo inattendue nous met en fête à l'avance, c'est extra des fins d'année dans cette bonne humeur là on en veut bien plus souvent et des bises du matin aussi ! Bises à toi;

    - Françoise, bien sur que j’aime Paris, j’ai tellement regretté d’en être partie. Ici en effet, ça étonne, comme s’il était incompatible d’aimer la solitude de la campagne et l’effervescence parisienne. Dans ce monde qui se veut propre, j’aime bien me polluer un peu dans le métro, dans les rues, le bruit des voitures, la foule qui marche vite, je reprends ma cadence d’avant, et puis j’aime bien cet anonymat, marcher, parler à des inconnus, multiplier les possibles. Et rentrer chez moi, retrouver mes bestioles, remettre du feu dans les cheminées. J’ai besoin des deux.

    - Martine ça m’a épatée aussi les chrysanthèmes !

    - Merci à toi Nina Lou, à se croiser chez l’un , chez l’autre on finit par se trouver familières, ce qui donne envie de voir défiler ton p’tit monde dans le mien, à très bientôt !

    - Michelaise, Tataze, Brigitte, je crois que je suis tellement contente quand je vais à Paris, on dirait une p’tite fille…

    - Annick, je savais que ça te ferai sourire ces photos souterraines ;-)

    - Marité, c’est qu’on m’prend pour une poit’vine! Je ne sais plus ce que nous cogitions à voix haute, mais j’ai dit que sans mes lunettes j’avais pas vu que la station Strasbourg Saint Denis était fermée. La p’tite dame à coté de moi s’est mise à m’expliquer comment m’orienter patati patata, très vite aidée par sa voisine de boite à sardines (métro blindé de monde) j’me suis dit fid-chien pourtant j’ai point mis mes bottes Aigle et je sens pô le Chabichou, mais je l’ai écoutée poliment et je l’ai remerciée chaleureusement , comme si c’était la première fois que je montais à la capitale…
    - Valérie, tu as sacrément bien fait de quitter ta province pour trouver ton prince ! J’ai laissé les talons aiguille dans la valise, et je me suis méfiée pour ne pas compliquer la convalescence de mon coccyx suite à la première neige, parce qu’à ce train, que dis-je, cet arrière-train là, si on commence à se casser la margoulette en novembre on n’est pas arrivé en avril…
    Bonne nuit à tous, je vous bisouille !

    RépondreSupprimer