mercredi 20 octobre 2010

Il vaut mieux s'adresser...



A ses seins qu'au Bon Dieu....

Regardez, caressez, aimez, séduisez
 mais aussi...
Palpez, mammographiez,
surveillez, dépistez, apprenez,
 combattez
et partagez !

Jeudi 21 Octobre sur France 2 à 22H45,
Pour moi, pour vous, pour nous,

Marie Mandy cinéaste filme son cancer.

"Je n'avais qu'une idée : sauver ma peau.
Dans cette urgence de survie, toute notion de pudeur ou de narcissisme avait disparu".

« Perdre un sein s'est révélé une expérience moins traumatisante que je ne le pensais. J'ai aimé rapidement la non symétrie de mon corps, j'y ai perçu de la beauté, la beauté de l'imperfection."
-----------------



Les filles, c'est toujours

 Octobre Rose.



Grâce à Marité on a ...Un p'tit plus pour le tout !



Le site des Impatientes.

19 commentaires:

  1. J'avais vu ça sur le programme, Lulu, (c'était la semaine dernière, avant) et bien sûr je le regarderai. Ce que Marie dit de la non symétrie de son corps me rappelle aussi la campagne (qui ne sera pas vue en France je crois)Regardez-moi dans les yeux de Cap48 pour que "le handicap ne soit plus un handicap". Et c'est très réconfortant.
    Bises au coin du feu (virtuel).

    RépondreSupprimer
  2. Comme ça on pourra en parler, Odile.
    Concernant les mutilations, les malformations les cicatrices du corps, parfois très invalidantes ou très visibles, on sous-estime hélas bien trop, la tendresse du regard sur la violence de la vue. On s'habitue, on s'attache, on s'approprie, on aime bien plus et bien plus vite qu'on ne croit, qu'on ne nous le dit, qu'on ne le sait, toutes ces imperfections de la vie.
    La vision c'est une acuité qui se mesure en chiffres mais qui physiologiquement sait et doit souvent trier les images, le regard c'est une capacité dont il faut développer l'humanité.
    Je pense hélas qu'en France on est les champions du monde pour ce qui est de cacher le handicap et détourner le regard non ? Et c'est bien quand ça bouge !

    J'en suis exactement au café au coin du feu !

    RépondreSupprimer
  3. Je l'savais ;-)) Tchin, alors, moi je prends le mien... dans mon bureau en regardant le petit jardin qui prend des couleurs d'automne.Bises.

    RépondreSupprimer
  4. Merci pour l'information Lulu.
    J'ai une amie qui est concernée. Je lui ai conseillé de consulter ce site pour l'aider.
    http://www.lesimpatientes.com/
    Elle s'est sentie nettement moins seule et mieux comprise.
    BISOUS.

    RépondreSupprimer
  5. Un grand merci Marité pour ce lien que j'ajoute de ce pas, en fin de message !

    RépondreSupprimer
  6. Merci Lulu pour ce billet Marité a raison en parler on se sent moins seul , en ce qui me concerne ( le mien est plus rare donc pas facile de trouver d'autres malades pour échanger ) maintenant j'ai trouvé et adhère également à une association on s'épaule entre nous et la parole dans ces moments est importante
    Bonne semaine
    A++Sacha

    RépondreSupprimer
  7. Pour moi "la page est tournée mais reste froissée" c'est de mémoire ce que j'ai retenu du texte sur son site et je me l'approprie. Je
    regarderai sans doûte, je ne sais pas encore... si je suis habituée à la non-symétrie de mon corps, si je me suis longtemps "auto-dérisée" (mot inventé à l'époque pour faire passer la pilule avec humour), je reste néanmoins très sensible, à fleur de peau sur ce sujet
    (au propre comme au figuré d'ailleurs cette sensibilité)... Peut-être que cette émission me délivrera complètement de ce va et vient continuel entre l'acceptation, l'appropriation, cette différence... bref, il y a certains jours où mon décolleté est arrondi et peu m'importe ce qu'on en voit et d'autres où j'ai le col roulé...
    Bonne soirée et bises

    RépondreSupprimer
  8. et bien moi ,je ne regarderai pas. comme Annick,j'ai donné il y a 11 ans. Malgrès une recontruction immédiate je reste révoltée (et j'ecris cela en hurlant)
    une experience moins traumatisante...Aimer rapidement la non symétrie:MON OEIL(et encore je reste polie)
    bien sûr au plus haut de ma colère je me dis toujours que la vie vaut bien un sein.
    On oublie la chimio,les rayons qui pourtant sur le coup vous mettent à genoux.Mais la chirurgie qui au niveau douleurs physiques est contrairement à ce que l'on pourrait croire très soft(en 1 JOURS plouf on est sur ses pattes)c'est ce qui reste visible et MOCHE!!
    le cancer est une vraies salopperie ...mais là j'enfonce des portes ouvertes

    MAIS LES FILLES MONTREZ VOS SEINS AUX PROFESSIONNELS ET CELA TOUS LES ANS
    le K du sein se soigne ,c'est pas une partie de plaisir,le ttt complet peut durer 8 mois,mais c'est faisable....enfin on n'a pas le choix..

    LULU j'ai bien lu ton message d'il y a qq semaines sur le mot GUERISSON inconnu de beaucoup de toubibs,ces cons ils on peur de quoi?q'on aille pas tous les ans vérifier les marqueurs la vraie trouille au ventre. Là ça frise le harcellement psycologique!!!

    bref ,j'ai jetté ma rage,ma révolte ,ma hargne,mon fiel
    bisous LULU et à toutes les copinnes

    RépondreSupprimer
  9. comme d'hab,j'ai pas signé

    domi!!!!

    RépondreSupprimer
  10. pardon Sacha;J'avais pas lu ton billet(juré).EN plus tu parles de solitude et moi je te laisse sur le bas côté.
    donc GROSSE BISE RIEN QUE POUR TOI
    domi

    RépondreSupprimer
  11. Sacha, Domi, Annick...
    Merci pour votre VIGILANCE ! Regarder ou pas, mais recadrer, encadrer, raisonner, résonner, interpréter, analyser le regard donné à voir par l’une parmi tant d’autres vécus en écho et en silence.
    Hurler la mutilation, avec hargne, douceur, ou humour, selon l’une ou selon l’autre, c’est soutenir l’exigence du résultat ET de la qualité ET du confort des soins.
    La cancérologie est encore au moyen-âge, il faut faire avancer la recherche à coups d’pied aux fesses et vivement la révolution !
    Loin, très très loin de moi, l’idée d’une minimisation. Mais, s’il peut être froid comme la glace d’une cabine d’essayage, le regard sait parfois se faire doux comme l’œil d’un photographe.
    Chercher comment faire avec, parce qu’on ne choisit pas ce qu’on vit au présent, et revendiquer mieux, toujours, parce qu’on bâtit le futur.

    RépondreSupprimer
  12. Perplexe, révoltant, scandaleux…. Cancer du sein à la sauce huiles essentielles, ben voyons….
    Cette infiltration du charlatanisme dans le parcours si douloureux du cancer me révolte… Le parcours de cette femme m’anéantit. Comment dans un monde éduqué peut-on se soumettre si volontiers à tant de sornettes…
    Métastases de la science, ces soit-disant alternatives lui font perdre du temps, la culpabilisent, la font errer… sans résoudre, sans prouver en s’appuyant sur tout et n’importe quoi
    Comment peut-on adhérer sans aucun sens critique à ce type de discours….
    Qui manipule la souffrance ?
    En colère, ce film m’a mise terriblement en colère.
    Ne vous laissez pas faire, faites de la science bon sang !!!!

    RépondreSupprimer
  13. heureusement que je me suis endormise avant le commencement pd la pub!!!ben oui j'étais curieuse....
    en tout ca je fait confiance en ton jugement LULU,et merci pour ta colère
    un petit coup de blanc avec ton gâteau préféré
    bises
    domi

    RépondreSupprimer
  14. Je me doutais bien Lulu, en entendant cette cinéaste "combattre" son cancer à coup d'huiles essentielles, que tu allais bouillir ! Heureusement pour elle, la 3e chirurgienne a replacé sa réflexion dans un cadre plus large. En lui permettant de le dire quand même, en lui expliquant et EN L'ECOUTANT, ce que vraisemblablement les deux premiers chirurgiens n'ont pas fait. Ou pas assez, ou avec trop peu d'humanité peut-être (au moins pour le premier)...
    C'est vrai que remettre sa vie, son corps, entre les mains de quelqu'un qui ne vous a vue que 20 minutes et qui n'a vu en vous qu'un sein à couper, ça laisse tout aussi perplexe que les huiles essentielles.

    Mais il faut voir ce film comme une oeuvre personnelle, je pense, pas comme l'apologie d'une prise en charge plutôt qu'une autre (d'ailleurs dans le film même, on note toutes les contradictions que son choix "thérapeutique" peut contenir : elle ne sent plus le cancer, tout va bien pour elle.... pourtant il est toujours là !). C'est son histoire et c'est son métier. Ce n'est pas un documentaire qui aurait nécessité recul et objectivité.
    Reste l'impact évidemment... et la responsabilité des professionnels qui la suivent (l'aréopage de psys de différentes obédiences !).

    Allez un p'tit café au coin du feu pour commencer la journée. (comment ça Domi, un coup de blanc à 9 heures du matin :-)) ? On le garde pour notre prochain resto !)
    Bises.

    RépondreSupprimer
  15. Taratata...Heureusement que les chirurgiens recadrent, car le premier le fait aussi, tu ne l'as pas entendu, moi si, tu ne le choisirais pas et moi peut-être.Je ne choisis pas sa bouche pour me faire une bise sur le front, je choisis ses mains sa technique, son savoir-faire, ses résultats et plus il opère et bien et plus il sauve de vies. Et j'irai parler à un autre et je chialerai sur le chirurgien pressé comme tout l'monde.
    Je n'ai pas ton indulgence, mais tu m'connais, j'ai les pieds plantés dans la science et l'irrationnel m'énerve, surtout surtout dans ce domaine là. Les huiles essentielles sur le poil aux pattes, autant que vous voulez....
    Je ne mets absolument pas sur le même plan l'attitude des chirurgiens et des zautres...
    Et je cherche toujours ce qu'il y a derrière tout ça. Biogénéalogie, et puis quoi encore, on croit rêver...
    Et puis oui bien sur, il faut écouter... Les malades feraient bien aussi d'écouter un peu plus leurs médecins...
    Par ailleurs, en cancéro, c'est comme ça aussi, c'est pas bisounours,on ne prend pas son temps, on t'arrose ton gamin à la vincristine dans les 24H, on ne lâche pas dans la nature et tant mieux, l'ennemi ce n'est pas le scalpel, l'ennemi c'est le cancer. Il y a des protocoles, des gens qui cherchent depuis un siècle, qui avancent, qui allègent les traitements en améliorant le pronostic. Il y a une rigueur scientifique qu'on ne peut se permettre de suspecter ainsi à tout bout de chant... de ces drôles de sirènes que sont tous ces trucs psy et parachoses.
    Elle ne te parle pas à toi, ni à moi, elle parle à tous, un peu tard ok, alors il faut recadrer, il faut réagir.
    La responsabilité des professionnels, t'appelle ça des prof..m'enfin Odile!!! Et la responsabilité des gens à se laisser embarquer dans ce genre de salades, alors ???
    Bon elle a raison Domi, je vais prendre un p'tit morceau de nougat de Bonneuil-Matours, je vous raconterai,si Domi était là je sortirai un p'tit blanc, mais bon j'ai mes principes, jamais d'alcool toute seule, alors tanpis ce sera café !

    RépondreSupprimer
  16. Bien sûr tu as raison, et j'y ai pensé tout le temps qu'a duré ce film. Je t'imaginais morigénant, invectivant la télé :-)) et j'ai repensé bien sûr à notre conversation. Comment faire autrement?

    Je me trompe peut-être mais je crois qu'on n'a pas vu le premier chir. Son nom n'est pas cité, alors qu'elle donne les deux autres (ou alors j'ai pas retenu). Le deuxième me paraissait très bien aussi,il a expliqué, dit ses doutes sur "ses huiles"... son seul tort pour la cinéaste était de n'être pas une femme peut-être...

    Bon d'accord je n'appellerai plus les charlatans des pro :-))) (j'ai "bien aimé" l'acupunctrice dans le genre).

    Et la responsabilité personnelle, je suis pleinement d'accord avec toi ! Pour une fois que je voulais tempérer un peu ma revendication perpétuelle d'une totale responsabilité individuelle ;-)))

    Bon attendez-moi pour le blanc, j'aime bien aussi (même si jamais testé à 10 heures du matin !) surtout le Chablis (de Courgis de préférence).

    Bises

    RépondreSupprimer
  17. A la votre LULU et Odile
    que j'ai bien fait de domir hier soir

    bises et bonne nuit
    domi

    RépondreSupprimer
  18. Va falloir qu'on se l'organise ce p'tit blanc autour d'un nougat de moulière... Ma dernière trouvaille en matière de sucrerie locale...
    Odile, tu commences à bien me connaître, j'étais toute seule devant ma télé ce soir là, Jo est partie se coucher, heureusement.
    Nous en avons parlé ensemble le lendemain avec le pro. Et Joséphine a évoqué toutes les sornettes qu'elle a entendues autour de son lymphome certaines particulièrement douloureuses venant... de ses profs : as-tu un téléphone portable, as-tu la télé dans ta chambre, combien de fruits tu manges par jour...
    Heureusement qu'on parle !!
    Ce n'est pas un orateur leader cette petite personne là, mais, surmontant sa timidité, il lui arrive maintenant souvent de recadrer les discours des "intervenant" de collège ou de lycée qui viennent parler cancer et dont on ne sait pas toujours d'où ils viennent.

    Sinon, comme facteur de risque, il y avait aussi le fait de ne pas aimer sa poitrine. A part Sophie Marceau, on a toutes une raison de râler sur le sujet.
    Mais quand tu penses au nombre de gens qui n'aiment pas leur nez... moi en tous cas ça fait 40 ans que je devrais avoir somatisé ;-)

    Allez, avec ces gourous de tous poils et de toutes huiles, je vais finir par regretter les curés, un comble !!!

    Et puis, voilà j'ai 54ans, je fais la salade à l'huile de noix parce que c'est bon pour les papilles, je bois du café, je n'aime pas le thé vert, je mange des fruits comme tout l'monde et si y'a un éclair au chocolat, je laisse tomber les pommes, je prends un p'tit blanc à l'apéro pour rigoler avec les potes, je me soigne quand j'ai mal et ma pharmacie est vide quand tout va bien, j'ai nourri ma fille 12ans avec les légumes de mon jardin.... Alors m...Et j'ai décidé de ne plus être aussi polie que tous les interlocuteurs découragés de cette petite dame qui laissent dire et qui laissent faire. D'autant, d'autant plus que notre époque politiquement bio-correct est le creuset de ce genre de sornettes.
    Sinon, cette femme m'a émue, m'a angoissée, j'ai eu envie d'aller lui parler, de la prendre par la main, de la secouer, elle m'a fait peur. Elle dit qu'elle attend de nombreux mois entre le moment où elle sent une grosseur et celui où elle consulte. FOLIE !!! Tu sens et tu appelles le toubib ILLICO !!!
    Faites vos mammographies en suivant les recommandations de votre GYNECO, au rythme qui correspond à vos seins. Le minimum c'est tous les deux ans à partir de 50 balais, mais faites-le, à la carte, il faut parfois commencer avant.
    Et ne vous endormez pas entre deux mammographies, touchez-vous !

    RépondreSupprimer
  19. D'accord également l'auto-palpation et dès la petite boule, consulter sans tarder, surveiller etc ... les RV sont longs à obtenir parfois et entre chaque, il peut se passer plusieurs semaines, ce qui donne largement le temps de réfléchir sans en vouloir un peu plus. Ne pas avoir peur d'y aller... Plus difficile à dire qu'à faire, je suis complètement d'accord et pour cause !
    mais je n'ai pas traîné non plus... j'ai seulement .
    demandé une semaine de rab' avant de commencer la chimio pour les vacances.
    Notre conversation avec ma fille a porté, hier soir, sur ce thème et c'est elle qui l'a lancé sans avoir vu
    le documentaire... Elle allait mal depuis une semaine pour des sornettes entendues... je ne détaillerai pas mais, mais même elle se disait "mais ça va pas non? il est pas bien de me sortir des trucs comme ça" ... rentrée chez elle, ça l'a turlupinée et au petit matin, elle se disait qu'elle était "fichue" !là, ça va car elle avait pu parler avec une amie qui l'avait "recadrée" en la déculpabilisant ...
    Sinon, j'ai vu un peu le documentaire que j'ai pris alors qu'il était déjà bien commencé et j'ai été émue
    par le regard de cette femme qui avait peur, bousculée par le diagnostic. Je ne comprenais pas pourquoi tant d'attente , le principal c'est qu'elle l'ait fait cette opération et tant mieux ... mais pas de chimio si j'ai bien compris mais je ne sais pas si c'était par refus de sa part ou si parce que ce n'était pas la peine?
    Je me suis plus attachée à son corps en fait, ce sein disparu, les soutiens-gorges, les prothèses etc ... le défilé de vêtements ...
    bises et bonne journée

    RépondreSupprimer