samedi 6 février 2010

La Chapelle-Roux et la révolution.

La paroisse de Saint Pierre es Liens de la Chapelle-Roux était prieuré à l'époque de la Révolution de 1789. M.Denichair, né à Angles, y était curé depuis 31 ans environ quand il fut obligé de quitter sa paroisse. On conserve encore dans le pays un précieux souvenir de ses vertus.
Assez éclairé et courageux pour refuser le serment constitutionnel, il dut se cacher à Auzon, près de Chatellerault (1) où il mourut. Ses paroissiens aimaient à aller le voir dans sa retraite. Il les recevait toujours avec bienveillance. Il vit la désolation semée dans son troupeau par les habitants eux mêmes. Les autorités locales se jetèrent avec enthousiasme dans le parti révolutionnaire. Elles avaient à leur tête un certain Rougier, notaire au village du Bois. On prit les ornements et les meubles de l'église, puis on les brûla sur la place publique.
Les deux cloches que possédait la paroisse furent transportées l'une à Chenevelles, l'autre à Archigny.
Le prieuré avec toutes ses dépendances fut vendu à l'époque de l'aliénation des biens du clergé à un M.Cony de Châtellerault.
A la proclamation du Concordat (1801)  La Chapelle-Roux fut réunie à Chenevelles pour le spirituel. Elle resta commune au temporel jusqu'à la fin de l'année 1818. Les registres civils sont clos et arrêtés par Pierre Merle, dernier maire, le 1er Janvier 1819.

L'église primitive tombait en ruines, elle a été démolie en 1859 et remplacée par la chapelle actuelle. L'ancien cimetière et une partie de l'ancienne église ont été cédés par M.Martin, maire de Chenevelles, à la famille Clerté, lors qu'on a fait la route avec cette clause que moyennant une indemnité de 300 francs la commune de Chenevelles pourrait faire annuler la donation dans le cas où l'on voudrait y construire une église ou y rétablir l'exercice du culte catholique.

(1) L'état du clergé du diocèse de Poitiers fait en l'an 1800 donne les renseignements suivants "M Denichère Lhermine curé légitime de St Pierre de la Chapelle-Roux, jureur (qui avait prêté serment à la constitution) traditeur (traitre) retraité exerce en secret".

Source Cahier d'archives des curés de Chenevelles.


Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !


3 commentaires:

  1. Sur les pentes d'archigny, il y avait des tranchées faites par les Républicains puis que Badard était fief Catho, qui a gagné ? je ne sais ! Enfin pour les tranchées, j'ai un doute vu le sol plus que pierreux mais on retrouve des murs ! Je dirai match nul puisque le très fameux curé y est revenu après la Révolution (vous avez son histoire) je crois qu'il est enterré à Dangé .... loin des ames pieuses. Quel caractère !

    RépondreSupprimer
  2. Il doit s'agir de l'Abbé COOL dont la tombe existe encore dans le cimetière de Dangé Saint-Romain (bourg) sur la gauche, le long du mur Est (toute petite tombe, toujours fleurie).

    RépondreSupprimer
  3. Bonsoir Anonyme, et merci de cette visite. L'abbé Cool si je ne me trompe pas c'est le premier à avoir cuisiné le gratin de patates dans le Poitou ? L'abbé allemand qui vint avec une petite communauté travailler sur les terres du Marquis de la Perusse. Ce n'est pas de cet abbé dont parle Lanina, il s'agit du curé Marquet... qui avait d'autres appétits ;-)
    Jirai faire un tour au cimetière de Dangé !
    A bientôt j'espère.

    RépondreSupprimer