mercredi 13 janvier 2010

13 Janvier 2010.


Il y a exactement quatre ans,
ici
 le soleil se levait de nouveau.
Et le soleil est revenu aujourd'hui,
ici
 il a tout repeint en vert,
la couleur de l'espoir.
Bonne année !







Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !



16 commentaires:

  1. Je t'embrasse très fort Lulu, sous ce beau soleil.

    RépondreSupprimer
  2. Joli lever de soleil, si je comprends bien la neige s'en est allée chez toi et tu revois l'herbe verte, ouf !

    RépondreSupprimer
  3. Merci Odile !
    Oui Enitram soulagement, la neige a fondu, on annonçait des pluies verglaçantes, on a eu le vert mais pas les glaçons Youpi ! L'abreuvoir s'est rempli tout seul, plus besoin de faire les Cosette avec les seaux, les tuyaux ont dégelé, le bonheur !
    Et surtout, le ciel s'est dégagé et le soleil a brillé aujourd'hui enfin !!!

    RépondreSupprimer
  4. Chez moi aussi-heu, lalalère-heu ! aaaah ! QUEL PIED !

    RépondreSupprimer
  5. Il y a quatre ans le soleil venait ici. Il est revenu te saluer, c'est un vrai signe je n'en doute pas. Oui on peut être fini avec les seaux d'eau, le foin à emnener là vas au fond, etc... Mais cette neige a fait beaucoup de bien. gros bisous ma Lulu et j'espère que le soleil va briller encore aujourd'hui.

    RépondreSupprimer
  6. Ici, ça commence à fondre...
    Et si tu savais Lulu, combien je regrette d'avoir râlé pour les abreuvoirs gelés, la glace à casser, les mâches à touiller et à porter, l'attente pieds gelés, pendant que ces messieurs-dames cassaient la croûte (surveiller qu'un ne bouffe pas la gamelle de l'autre), les retours de pâture en pleine nuit et en catastrophe (tempête 99), d'autres nuits à se relayer pour faire tourner une qui avait des coliques, et les coups de sabots dans les portes des boxes à sept heures pile le matin , justement par temps pourri, autrement ils étaient dehors.
    D'où explication à ceux ou celles qui se demandent pourquoi je blogue à l'aube: habitude!

    Eh, oui, toutes ces merdes , je les regrette, maintenant qu'ils sont partis dans les Vertes Prairies. Pourvu qu'il y ait un après où on puisse les rejoindre...et tiens, là je chiale...
    Salut, je suis trop con...
    Bises quand même
    PP

    RépondreSupprimer
  7. Oh Pomme, j'ai vu ce chagrin chez mon beau-père lorsqu'il a du renoncer à ses juments. Moi je suis novice en la matière, mais j'ai vite senti l'attachement qui se noue avec ces animaux. La rapidité de cette complicité m'a étonnée.
    Je râle à la ronde, sur les vieux murs mal isolés, sur le bois à recouper, sur les tuyaux qui gèlent et les pieds qui se tordent dans la boue durcie par le froid, mais bon c'est histoire de...
    Je vois bien Anne qui peste aussi pour les mêmes choses. Tataze est là pour positiver heureusement !
    Mais pour rien au monde je n'aimerais vivre ni ailleurs ni autrement, sans bois à mettre dans le poele, et sans volets à fermer le soir. Même à Paris je n'irai plus vivre, je m'y sens mal désormais, j'y cherche mes animaux à soigner... Nous v'là bien, moi qui ai tant dit que je regrettais ma vie parisienne !
    Je sais aussi, et pourtant, ils n'ont pas encore fêté leur premier anniversaire à la maison, je sais aussi que s'il faut un jour se séparer de Diablo et Vendetta, ce sera un déchirement. Ton émotion à leur évocation me parle de ça.
    Et il y a presque 5ans j'ai du aussi mettre de coté la toute petite ménagerie de l'époque (chien, chats) cas de force majeure,vie en aplasie, chasse aux microbes, état d'urgence permanent. Les retrouver de nouveau affalés sur les canapés, couchés sur les tapis, a signé un beau retour au bonheur, à l'unisson du soleil à cet horizon. On en profite, on sait jamais, il ne faut pas faire confiance à la vie.
    Je t'embrasse Pomme, et aussi Anne qui doit dire comme moi pas mal de gros mots et Tataze tu as raison, la neige a fait du bien, mais bon...
    Tiens, en 2006, ici, il a neigé en Mars, pourvu que ça ne recommence pas !

    RépondreSupprimer
  8. Oh, j'aime me lever avec ce soleil-là, même si cela ne m'arrive pas très souvent, vu que je rejoins Morphée très tard dans la nuit, alors au petit jour il a du mal à me laisser m'échapper ! Mais ces matins-là, quand il m'arrive d'être au rendez-vous, je les vis toujours avec un petit pincement au coeur, cela me rappelle trop l'époque où on se levait à 6 h pour se préparer puis prendre le car scolaire, même en fin d'hiver où l'horizon avait exactement les couleurs de ta photo, il faisait quand même assez froid dans la maison chauffée au charbon ou avec ces appareils à bouteille de gaz qui ne sentaient pas bon, je boudais déjà quand ma mère, dans mes dernières années de lycée, fatiguée par sa vie et toujours couchée très tard après avoir tout rangé, avait du mal à se réveiller pour nous préparer le petit déj..., où la radio de mon père diffusait déjà en boucle pendant une heure les infos sur France Inter... Oui, le soleil de ta photo, je l'adore..., surtout quand il réchauffe le sol et enfouit en elle toute la belle neige qui vient de tomber et de fondre, ça va nourrir la terre et tout faire exploser en vert, rose et crème au printemps ! M'enfin, on n'y est pas encore, hein, alors n'oublie pas tes mitaines et le bonnet qui te va si bien, car il fait encore frisquet autour de l'abreuvoir ! Bonne journée, Lulu !

    RépondreSupprimer
  9. Ici aussi, la neige a fondu. Plus besoin d'amener des seaux d'eau à ma jument.Mais ces inconvénients de l'hiver, je les ai connu depuis ma tendre enfance. Lors de mon arrivée en région parisienne,la vie en appartement, ce qui m'a le plus manqué, ce sont les animaux dont j'ai toujours été entourée depuis ma naissance. J'aime la vie à la campagne. Et j'aurai beaucoup de mal à vivre à Paris. J'aime Paris mais seulement pour les sorties!
    Lulu, ta photo de lever de soleil est magnifique!
    Bises
    Valérie

    RépondreSupprimer
  10. L'espoir, il n'y a que cela de vrai:
    L'espoir en la paix,
    L'espoir du bonheur pour tous,
    L'espoir d'une vie meilleure,
    L'espoir de la guérison,
    L'espoir des secours pour ceux qui souffrent,
    Sans espoir on ne peut plus vivre!L'espoir est ma devise!!!
    ...Et il y a des sorcières, comme toi Lulu, qui sont là pour nous soutenir et nous épauler dans cet Espoir.
    Comme quoi, toutes les sorcières ne sont pas si terribles, n'est-ce pas?

    RépondreSupprimer
  11. Bien vu Lulu, je peste et je râle à longueur de journée.....! MAIS.....je ne changerais de vie pour rien au monde ! et surtout pas la ville ; car derrière ou à côté de nos enquiquinements quotidiens, il y a....tout le reste, et c'est ça pour moi la vraie vie !
    Une bise à Pomme pour la consoler, je sais trop ce que c'est : l'équarisseur est passé ce matin, Concerto le bouc et Discrète la mini-biquette n'ont pas tenu le choc des grands froids.....

    RépondreSupprimer
  12. Pas de neige chez nous donc c'est resté bien vert, pas de soleil le matin, trop de grisaille,donc pas de lever à admirer.

    Il est bien beau ton soleil Gloria, il fait plaisir à voir.

    Je t'embrasse,

    RépondreSupprimer
  13. Beau lever de soleil.
    Ici il reste encore de la neige et ce matin tout était verglacé ce qui m'a valu une beau "gadin",j'ai compris comment les mamies pouvaient se casser le col du fémur!!

    RépondreSupprimer
  14. très chère Lulu,
    je me souviens du moment où le soleil s'était caché, à qques jours de la naissance de mon petit bonhomme...
    ces longs mois où vous avez retenu votre souffle.et le soleil est revenu. Que du bonheur.

    mille bisous labelli
    mille bisous labello

    cécile, au pays de heidi

    RépondreSupprimer
  15. Merci ma p'tite Cécile, oula oui je sais bien que tu te souviens, que d'évènements entrechoqués ! Il est doux de savoir que tu es de ceux qui ont partagé et à qui il sera possible d'en parler, si un jour l'envie lui vient.
    Henriette, il y a des moments qui font toucher à la relativité du temps, à compter les secondes derrière une porte de plomb, elles paraissent des heures. Petit à petit, le temps retrouve son compte, celui de la collectivité, celui des autres, celui compris de tous, on avançait dans le noir en regardant clignoter les p'tites lumières devant et un jour, on pense de nouveau pouvoir éclairer le chemin, à la lumière des p'tites chandelles laissées par chacun.

    Aloïs bon si tu t'en tires juste avec un bleu ouff !
    Anne, Colibri,Valérie merci ! Je garde mes mitaines, et ce matin j'ai mis le Bob pour sortir parce que sinon il pleut sur mes lunettes ;-)
    Il faut que je vous montre mes mitaines du Lac Titicaca avant l'explosion du printemps !

    Je suis un peu sorcière... on ne se refait pas, vous voulez que je vous dise un secret ?... ben c'est pas un lever de soleil ma photo, c'est un coucher de soleil ;-(, j'espère que je serai pardonnée de vous avoir déboussolés ;-)
    Sinon je suis en formatage sur la grosse machine en co-propriété, en mise à jour sur le p'tit portable tout neuf qui va me servir à vous emmener près du feu, qui ne devait servir qu'à moi et que je partage déjà un peu-beaucoup (dans les familles nombreuses c'est le collectivisme, enfin certains ont leurs affaires, mais celles de maman sont à tout l'monde, j'vous jure pfffff) du coup j'ai du mal à jouer au blog 5 minutes tranquille, et surtout à commenter partout, mais je pense à vous !!!
    Bises à tous!

    RépondreSupprimer
  16. C'est pas grave, Lulu, comme on dit au cinéma, l'important ce n'est pas ce qu'on montre mais ce qu'on veut que le spectateur croit qu'il doit voir ! Euh..., j'ai pas de mérite, j'ai encore la mémoire fraîche d'un commentaire que j'ai fait, la semaine dernière, sur un blog anglais, à propos de "la pertinence du cinéma muet" : voilà, ta photo aurait pu être "muette" et j'y aurais vu, puisque telle était ta suggestion, un lever de soleil, sans chercher midi à quatorze heures ! Mais c'est vrai qu'en analysant bien les couleurs et l'ombre du.... Hi, hi, je plaisante !! Bises.

    RépondreSupprimer