dimanche 1 novembre 2009

Le JDD du 31/10/2009.




-----------------------

L'évènement big délire de la s'maine Oh my God !
-------------------------

Quand tout l'monde remonte ses manches, 73 ans après on a l'évènement scientifique de la s'maine !
-------------------------


L'anniversaire à l'envers de la s'maine, lui c'est en p'tit modèle qu'il fait dans la célébrité !





Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !
Les Blouses d'Odile

13 commentaires:

  1. Comment ce faisse personne ?
    Pour le premier je pense aux Beatles
    Pour le second je pense à une vaccination, la présence de la vache me fait peut-être opter pour la variole par scarification...!
    Quant à la dernière je ne vois pas...
    Bonsoir chère sorcière fatiguée d'avoir tant fait la fête...amitiés

    RépondreSupprimer
  2. Ah ma p'tite Canotte, heureusement que tu es là !!
    Oui il s'agit bien de la remise par la reine de l'Ordre de L'Empire Britannique à ces polissons de Beatles en 1965 !
    Re Oui il s'agit bien de la variole éradiquée de la planète en 1978 !
    Le dernier quand il était p'tit il faisait le charlot avec un p'tit bonhomme à moustaches indémodable !
    Bisous à toi !

    RépondreSupprimer
  3. Serait-ce jackie Koogan, qui joua le kid :-)) ? il a bien changé !

    J'aurais dit les Beatles aussi pour la première, sans savoir à quelle folie ça se rapportait :-) !
    Bonne soirée Lulu.

    RépondreSupprimer
  4. C'est en effet le Jackie Coogan qui joue le Kid avec Charlot Odile, bravo, un p'tit DVD à voir et à revoir !
    Bonne journée !

    RépondreSupprimer
  5. Bonjour Lulu, j'arrive après coup mais je n'ai pas lu la solution avant de dire que .... je n'ai rien trouvé du tout...:) si les Beatles à cause des casques des policiers et de l'hystérie collective. Qu'est-ce qu'ils leur ont fait aux filles ces quatre garçons, on se demande ? bisous

    RépondreSupprimer
  6. Les Beatles, Carole c'est vrai qu'il n'y a qu'eux pour mettre les filles d'avant 68 dans cet état. Rigolo quand même ces jupes plissées et ces grandes chaussettes ! Ne pas oublier qu'il n'y a pas si longtemps qu'on a le droit de se mettre en pantalon, et que je me souviens qu'il n'était pas de mise pour une élégante, lorsque j'étais petite, de sortir sans son foulard sur la tête !
    Virer de la planète une maladie comme la variole, ça c'est du bon travail ! On esoère tellement la même chose pour le Sida, mais si le vaccin arrive qui voudra se vacciner ???
    belles journées à vous !

    RépondreSupprimer
  7. J'émerge un peu tard de mes chagrin d'embruns, chagrin félin, pour attraper au vent ces quatre garçons dans le vent (j'avais trouvé, avant de lire les commentaires !) seuls capables à l'époque de créer des débordements pareils, vu la tête du bobby, une image qui me parle, j'étais aussi une de leurs "écouteuses" (pas, jamais fan, de personne d'ailleurs), j'avais alors 15 ans, avec, évidemment plein de révoltes dans la tête, jusqu'à venir en pantalon pattes d'éléphant (acheté aux puces pendant mes vacances parisiennes où je venais m'éclater avant de rejoindre ma province frileusement bourgeoise) dans mon très chic lycée de Jeunes Filles, là où, comme tu le dis, la jupe plissée était de mise !!! Ben, faut croire que la révolte était aussi dans la hiérarchie ces années-là car, figure-toi, lorsque j'ai croisé, ainsi habillée, le censeur (une femme) un jour dans la cour, elle m'a regardée avec un tout petit sourire indéfinissable, puis, après une seconde d'hésitation en s'arrêtant sur ma blouse (eh, oui, on en portait aussi, à l'époque, une couleur pour la semaine paire et une autre pour la semaine impaire !) où j'étais censée avoir dû écrire mon nom (mais, niet, bien sûr...), elle a simplement dit "il y a un petit accent superflu sur ce mot (*), mademoiselle !"
    (*) A la place de mon nom, j'avais brodé l'inscription suivante : "fugit irréparabile tempus"... Ben oui, y a pas d'accent en latin, zéro pointé, élève Colibri !!!
    PS : mon petit papa a quand même été convoqué chez la dirlo plus tard, après plusieurs remarques des profs, enfin de certains d'entre eux... Et des jupes plissés, il m'arrive d'en reporter, mais pas avec des grandes chaussettes !
    Bonne fin de semaine, Lulu !

    RépondreSupprimer
  8. Chagrins ? Félins ? Colibri, comment ça va ?
    Bises.

    RépondreSupprimer
  9. C'est même pô vrai, y'a pas que les Beatles ;-)

    Moi qui vous cause (d'un temps que les moins de... nin nin nin...), j'ai assisté, quand j'avais une dizaine d'années, à un "concert" (mais ça ne s'appelait pas comme ça à l'époque, le nom m'échappe), de Claude François, "Cloclo" pour les fans (dont, pas plus que Colibri, je ne fis partie). Je ne sais pourquoi j'associe ça au Salon de l'Enfance, qui existait à l'époque. On avait dû gagner des places (parce qu'il n'aurait pas été possible pour mes parents de les payer eux-mêmes). Eh bien les filles, sous mes yeux ébahis, et devant ma mère terrorisée, les filles donc cassaient les fauteuils....

    Colibri, j'avais parlé moi aussi de ces blouses aux couleurs changeantes, au lycée :
    http://cerisiersdelaube.blogspot.com/2009/02/le-temps-du-lycee.html

    Pour nous, la plus grande rébellion, c'était de détacher le bouton du haut, de telle sorte que le nom soit caché ;-))

    Lulu, du côté de Troyes, le foulard on l'appelait d'ailleurs un "fichu" !

    RépondreSupprimer
  10. Colibri, j'étais nulle en latin, pendant les cours avec ma copine on dessinait...très médiocrement aussi, mais on se marrait bien.
    Je n'ai jamais eu de blouse au lycée, il était mixte dès la sixième, c'était à Chelles, banlieue Est près du neuf-trois, à l'époque c'était un lycée pilote !
    Odile, je suis plus p'tite que toi c'est vrai, Cloclo je me souviens c'était du délire, et avant lui c'était Bécaud à l'Olympia qui avait fait l'émeute !

    RépondreSupprimer
  11. J'ai mis tes blouses en lien pour pimenter le post ! Merci à toi Odile !

    RépondreSupprimer
  12. Bin j'arrive en r'tard, et j'avais trouvé que les beatles, au sujet desquels je m'interroge encore sur ces débordements collectifs ! Quand j'étais petite, "les grands" autour de moi se disputaient avec passion pour déterminer lesquels étaient les meilleurs, des beatles ou des rolling stones ; je n'ai optéé ni pour les uns ni pous les autres, finalement : j'ai choisi les Doors et les Pink Floyd !!
    Quand à la vacination...je ne suis pas absolument contre, mais je suis très sélective - pas n'importe quoi dans mon organisme !!

    RépondreSupprimer
  13. ha ha, souvenirs, souvenirs ! Je me souviens aussi, Lulu, en lisant le commentaire d'Anne des ocreries, des discussions à mettre la maisonnée à feu et à sang, au grand désespoir de mes parents qui ne parlaient pas un traite mot d'anglais, sur le point de savoir qui des sages Beatles ou de ces dépravés de Rolling Stones étaient les plus "géniaux", si, si (on n'a rien inventé question enflure des mots de nos jours !). Et je ne parle pas de la frangine ainée yéyé-adamo (ouaf, ouaf, à que elle s'est fait moquer, la pôvre, entre le frangin hyper folk et contests songs, et moi atteinte de dylanie sévère et de cohenerie (attention à la prononciation, hi, hi...) grandissante, avant d'opter définitivement pour un certain Phil et The Boss... Et la culture française, dans tout ça ??? Si, la chance d'avoir des places gratuites pour Bobino, où j'ai vu les plus grands mêmes si ce ne sont pas des artistes de scènes (Brassens, Brel...), et l'Olympia (aller voir Sylvie Vartan parce que c'était gratos, fallait le faire quand même ! Belles jambes et dents de lapin, c'est tout ce dont je me souviens d'elle !!!
    Pour la vaccination, j'y suis 100 % réfractaire... moins j'en mets dans mon organisme, mieux je me porte, d'ailleurs c'est la même chose pour les médicaments... Je viens quand même de me laisser convaincre pour le tétanos par une amie médecin qui a réussi à m'inquiéter un peu, à cause du jardinage que je pratique intensivement en Bretagne...
    Bon, je vais aller voir le blouses d'Odile, histoire de me faire un peu de mal à repenser à cette époque Salut les copains ! Maintenant ce serait plutôt Pauvre Rutebeuf...
    PS : merci pour les bises, Lulu, je surmonte... "Ainsi va la vie" comme dirait mes rudes paysans bretons, avec leur logique imparable...

    RépondreSupprimer