mercredi 18 novembre 2009

La Croix Fleuriau - Prinçay.


Pour l'amateur des Bois, elle est un incontournable lieu de promenade.



Elle est nommée Fleuriau sur le cadastre de 1810,

Fleurioux sur le suivant, allez savoir pourquoi, certains la nomment Furiot ou Fleuriot.
D'Availles à Prinçay, tout le monde sait qu'à cet endroit sont morts un ou plusieurs enfants,
 noyés dans une des fosses laissées par l'extraction de la pierre meulière que l'on trouve par chez nous et qui transportée jusqu'à la Vienne, fit les moulins du royaume.


La moulière extraite, la nature reprend ses droits, les arbres s'installent, l'eau stagne, la vie et la mort se cotoient.


Qui ? Quand ? Combien ?
Petite enquête généalogique.
En Octobre 1753, un autre drame se joue au même endroit, exactement.  Les documents qui en attestent nomment ce croisement de chemins,  la "Croix Fleuriau", confirmant ainsi l'orthographe du lieu. Il nous faut donc chercher patiemment plus avant dans les registres.




La tâche n'est pas bien difficile, il y a peu d'actes pour les Fleuriau, tous concentrés entre 1677 et 1717.



 C'est l'âme de la petite Jeanne Fleuriau  7 ans, qui dort dans les Bois de Prinçay.
Elle s'y noit sans doute la veille et sera inhumée le 13/09/1717.
Aucun autre enfant n'est mort ce jour-là, ni à Prinçay, ni à Availles, ni à Asnières, paroisses environnantes. Jeanne est probablement la seule victime de ce drame.
Ce n'est pas une petite paysanne ordinaire.


 Elle est née à Prinçay le 14 Octobre 1710.

Son père est Pierre Fleuriau et sa mère Catherine Chevallier, ils se sont mariés à Chatellerault et sont fils et fille d'huissiers, ils signent tous deux le registre.


A cette époque lointaine, les douleurs s'apaisaient-elles déjà dans les chemins sombres et solitaires qui mènent à une croix ?
Il arrive parfois que le sort s'acharne, hier encore bien plus qu'aujourd'hui.

Moins d'un an avant la naissance de Jeanne, Pierre et Catherine perdaient leur premier enfant, Renée, à un jour de vie. Je ne leur retrouve pas d'autre enfant.

Au petit bouquet sylvestre retrouvé lors d'une promenade matinale au pied de la Croix, il me plait à penser que la p'tite Fleuriau n'est pas la seule belle âme à protéger ce lieu, celle toute récente d'un jardinier amoureux de ces chemins l'accompagne sans doute.


Voilà la Croix telle qu'elle était avant la seconde guerre mondiale. Combien de fois a-t-elle été remplacée ?Personne ne sait. Le bulletin municipal de 2002 nous apprend que démolie après la guerre, elle sera réinstallée quelques années après et bénie en 1995 par le curé Bucco en présence du maire Jacky Peltier et des habitants du village.

40 ans après la mort de Jeanne, un autre drame va se nouer par une nuit d'Octobre au même endroit, une histoire qui fit grand bruit, bien au delà de Prinçay, mais ici, personne ne s'en souvient... A bientôt.
Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

15 commentaires:

  1. La suite, stp, la suite, j'adore cette ballade en images...
    Belle journée
    PP

    RépondreSupprimer
  2. Bouhhhhhhhh, le matin de bonheur, cela me fait un peu peur....... Je ne sais pas si j'irais me balader seule la bas. Mais c'est superbement conté et mis en image. merci Lulu et bises à toi

    RépondreSupprimer
  3. Tu as vu mon jeu de mot -(trop forte sur le/la bonne heure heur) sourire, c'était pour que cela soit un tout petit peu moins triste.......

    RépondreSupprimer
  4. Cette croix me fait penser à une qui borde un de mes chemins de balade dans le Lot dite Croix d'Hélène,qui est morte martyre en cet endroit

    RépondreSupprimer
  5. Emouvante, passionnante... telle est l'histoire des hommes et parfois des petites filles.
    Merci pour cette promenade à travers le temps.

    RépondreSupprimer
  6. Ce qui me stupéfie, c'est qu'on puisse si facilement reconstituer l'histoire de cette croix. On a tant de chance d'avoir tous ces documents sur de si petites paroisses. A heure tardive ( trop forte Tataze ;-)) c'est de bonheur de farfouilleuse d'archives qu'il s'agit !
    Promis Tataze, si je trouve un acte rigolo, je m'empresse de le mettre en ligne. Mais c'est assez rare.
    C'est pas mal la promenade le matin, pour l'organisation de la journée, mais je n'y vais jamais toute seule, j'ai toujours mon très gros chien avec moi ;-), et même un Ours parfois!
    Je pense qu'un de ces jours je vais faire le même chemin de nuit, quand on est sorcière faut s'lancer ;-)
    Pomme, promis je prépare la suite !
    Françoise, tu nous raconteras l'histoire d'Hélène ?

    RépondreSupprimer
  7. Oui je vous raconterai l'histoire d'Hélène mais il faudra attendre un peu je ne vais pas retourner dans le Lot tout de suite,je n'ai pas de photos numériques,c'est un chemin que j'emprunte en footing,et je ne cours pas avec mon APN!!!chose que je devrais faire,pourtant,le nombre de fois où je me suis trouvée nez à nez avec un chevreuil.... et enfin tous mes bulletins de la Société des Etudes du Lot, grâce auxquels je pourrai peaufiner le billet sont dans le Lot,logique!!!!

    RépondreSupprimer
  8. et moi, cela me fait penser à une ballade faite dans les bois également, avec mes enfants, pas loin du Mans où nous sommes tombés sur une croix marquant l'endroit où deux jeunes gens se sont entretués pour les beaux yeux d'une jeune fille ... enfin, c'est ce qu "on" a raconté à mon fils quand il a posé la question à ? (je ne sais pas qui).
    Mais l'histoire que tu nous racontes est captivante, vivement la suite ...

    RépondreSupprimer
  9. Lieux marqués, lieux de souvenir, de souvenirs... très belle idée cette histoire de croix... je trouve que la nouvelle est bien jolie, plus que celle de la photo ancienne
    nous attendons la légende de la croix d'Hélène Aloïs...

    RépondreSupprimer
  10. Bien d'accord Michelaise, ça m'a aussi étonnée, car la plupart du temps c'est l'inverse. Celle-ci fait vivre la légende, on l'imagine facilement ici depuis 1717 !
    La suite bientôt, mais il faut que je mette un peu d'ordre dans les documents.
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  11. Alleeeeez, Lulu, c'est quoi l'autre histoire ?
    Drôlement émouvante celle-ci dis-donc, on "voit"....j'ai plein d'images dans ma tête !

    RépondreSupprimer
  12. Un reportage plus que captivant ! Fabuleux qu'il reste des traces de ces vieilles histoires...

    RépondreSupprimer
  13. Anne, la suite va venir promis ! Owen binvenue, merci pour vos encouragements à tous, faire de la généalogie sur les lieux même, c'est savoureux, et si ça passe au delà de ceux qui fréquentent ces lieux, au delà de ceux qui partagent ces racines, qui je le rappelle ne sont pas du tout les miennes, à moins qu'un arrière-arrière-tonton à la mode andalouse n'ait reculé à la bataille de Poitiers, qui, n'oubliez pas, se déroula sous mon nez, et bien... ça me fait plaisir ! Je ne suis pas très forte en grande Histoire, mais en p'tites histoires, 6 enfances ont fait mes heures de gloire !
    Bises.

    RépondreSupprimer
  14. je découvre ce blog par hasard, nous allons visiter le site de prinçay la semaine prochaine, pourrais je faire un lien avec cette histoire quand je ferais mon article
    http://chemindetraverse.over-blog.com/
    http://uneanneaethnicite.over-blog.com/

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour Eléonore et bienvenue ! Vous pouvez bien sur faire un lien vers cet article, la Croix Fleuriau est aussi le lieu d'un crime que je n'ai pas encore pris le temps de conter, j'essaierai de le faire avant la semaine prochaine.
    Bonne journée et belle balade à vous !

    RépondreSupprimer