mercredi 24 juin 2009

Bac....

Sujet de maths : trouvez x.

Fin des épreuves à midi....



Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

5 commentaires:

  1. " DE MON TEMPS LE BAC ETAIT PLUS DIFFICILE ,MAINTENANT TOUT LE MONDE LE REUSSIE"

    Qui n'a pas entendu cela dans sa jeunesse et même après d'ailleurs !!!!

    bon après midi

    DOMI

    RépondreSupprimer
  2. C'est vrai qu'on entend souvent ça et que je l'entendais déjà ! Le bac se complique en se simplifiant, les épreuves s'ajoutent et en allongent la durée, TPE, TP de maths, de physique, de SVT, même en sport c'est compliqué.

    Moi je me garde bien de la ramener sur le bac parce que je l'ai eu au rattrapage ;-)(c'est une des meilleures journées de ma vie celle-là, comme quoi !) , du coup je sais expliquer comment ramasser toutes les p'tites miettes de points qui se cachent dans les énoncés incompréhensibles des matières dont on a jeté l'éponge, des trucs pour réussir que l'on n'apprend pas forcément bien en classe, quand on a des profs qui sont d'anciens bons élèves ;-)

    RépondreSupprimer
  3. oh là là ! quel sujet d'actualité pour moi ! Mon fils n'a jamais pu apprendre à travailler au collège : l'enseignement est bré-fabriqué pour les bons élèves...disciplines scolaires ! les profs n'aident pas, ils travaillent pour les meilleurs, on dirait quelquefois que le jeune doit savoir travailler avant d'avoir appris : la science infuse ?... Conclusion : Pétage de plomb et ramassage de gueule en fin d'année de 3ème !! (pardon pour le vocabulaire, mais bon.... :) Merci pour tes précieuses miettes humoristiques lulu :) :)

    RépondreSupprimer
  4. N'oubliez pas le bac de 1968 obtenu pour tous ceux qui le passaient cette année là dans "une pochette surprise" ... vous n'avez pas entendu ce genre de
    réflexion comme quoi 'ils" le donnaient à tout le
    monde ... c'est sans doûte pour cette raison que mon "mec à moi" a dû le repasser en 1969... mais la question se pose : s'était-il présenté ? hé hé ...
    Annick

    RépondreSupprimer
  5. Annick, certains auraient-ils joué les prolongations ? ;-)
    Carole, j'ai aussi parfois ce sentiment encore plus au lycée où les projets post bac vont aller de la prépa au BTS à classe de S égale.
    L'enseignement s'appuie (depuis pas mal de temps déjà) sur ce que l'élève "sait" déjà. Ce qui suppose qu'il ait appris chez lui dans un contexte culturel qui devient de plus en plus étroit.
    On y perdra tous et en particulier la recherche dont les rêveurs et les imaginatifs seront écartés.
    La différence n'est plus une richesse, trop souvent hélas.
    Ceci étant, avec ma vieille expérience de mère de famille trop nombreuse à profil d'élèves multiples, j'ai croisé aussi heureusement des passionnés, des grands humanistes, des qui dans un contexte douloureux ont su se bouger les fesses et que je remercie encore.

    RépondreSupprimer