lundi 4 mai 2009

Retour.

Dans son langage, le muguet dit le retour du bonheur.
C'est Charles IX qui à la Renaissance, en 1561, en fait un porte-bonheur, en en offrant autour de lui. On commence à l'associer à la fête du travail au début du XXème siècle où il remplace l'églantine (rouge), à cette époque en Mai ce sont les couturiers qui le distribuent à leurs clientes. Les travailleurs se l'appropient, le cravatent de rouge et ce sont eux quil le font défiler en 1907. Et c'est en 1936 qu'on commence à en vendre dans les rues, partis politiques, associations, particuliers, chacun peut en vendre ce jour là sans autorisation particulière.
Cette année, au jardin, les brins de bonheur étaient en avance, depuis plus de huit jours la distribution avait commencé aux Bois de Prinçay pour les amis et les enfants de passage, odeur enivrante. Néanmoins le jour J il y avait encore de quoi faire plusieurs belles brassées.
Il m'en reste encore assez aujourd'hui pour vous souhaiter des brins de bonheur parsemés dans votre été.


Comme chaque année, fort indulgente, taillée ou pas, la glycine tient ses promesses. C'est reparti ! Elle aussi, embaume ce petit coin douillet de lecture.



Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

5 commentaires:

  1. Superbe la glycine, comme toujours. Ce petit coin doit être aussi propice à la rêverie, ne serait-ce que pour tenter d'imaginer tout ce qu'elle a vu et vécu. La glycine semble avoir traversé les générations en toute majesté...

    Ravie de te retrouver, Lulu ! Bonne journée.

    RépondreSupprimer
  2. très belle ta vénérable glycine ... la mienne commence tout juste à "tenir" sur un mur mais pas de fleurs ... hélas !!! mais c'est une première génération, puisse-t-elle en traverser d'autres ...

    RépondreSupprimer
  3. Tatatye, les glycines ont souvent des démarrages en douceur et savent se faire désirer. C'est là qu'il faut prendre garde à ne pas tailler de travers de risque de perdre la première grappe. Ensuite tu verras, elle va vite épaissir !
    Odile, c'est mon p'tit coin du courrier, je l'attrape dans la boite et je m'assois souvent pour commencer à le lire.
    Cette glycine, tous les ans, elle m'épate. Alors, forcément, si je suis toujours là... je vous la servirai encore l'an prochain ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Je suis contente de te retrouver, Lulu, tu manquais à mes rendez-vous quotidiens! Je t'espère bien reposée et te souhaite de bien belles lectures sous cette glycine magnifique.
    Poutous.

    RépondreSupprimer
  5. Merci ma p'tite Henriette, moi aussi j'aime bien ces rendez-vous quotidiens dans ta cuisine si chaleureuse. bises.

    RépondreSupprimer