mercredi 8 avril 2009

La Porcelaine au kilo.







Chaque année, l'usine de Porcelaine Deshoulières de Chauvigny, organise pendant deux semaines, une vente au kilo. Ici, c'est l'affluence, dans les environs personne ne manquerait ça ! On mange tous un peu dans les mêmes assiettes mais qu'importe, la qualité est là.


Ce n'est pas une porcelaine très chic quoiqu'on trouve de quoi accompagner dignement l'argenterie, mais elle est très choc ! Pour la cuisine ou pour vos invités, vous aurez du mal à ébrécher les bords et vous pouvez tout mettre au four sans souci !


C'est dans ces tasses là que je préfère prendre mon p'tit noir, lorsque je ne me le sers pas dans un verre Duralex !


Allez-y c'est du 30 Mai au 14 Juin.









C'est Jean Bozier en 1838 qui fonde l'usine de porcelaine à Chauvigny, il va s'associer avec son gendre Louis Deshoulières et l'usine portera ce nom. Elle démarre avec 20 ouvriers, en 1988, elle en a 493, les années 90 voient son déclin . Dans les bistrots de Paris vous buvez votre petit noir dans des tasses Deshoulières, chez Maxim'S ou à la Mamounia on vous servait dans du Chauvigny. Cette porcelaine, extrèmement solide, va au four sans problème.


Vous avez entendu parler de cette usine désormais sous capitaux russes, Philippe Widdershoven un de ses responsables syndicaux y a été victime d'un accident du travail, il y a quelques jours, après un plan social qui a vu le licenciement de 70 salariés sur le site.


Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

8 commentaires:

  1. Très bel article. Chauvigny dans la région poitevine ?

    RépondreSupprimer
  2. Merci Moun ! En effet Chauvigny la poitevine, belle cité médiévale à 25Km de Poitiers et 30 de Chatellerault.

    RépondreSupprimer
  3. J'en ai dans mes placards (de la vaisselle Deshoulières) ! Preuve à l'appui : fais un tour sur le blog de zébulon, billet du 4 avril. C'étaient effectement de très jolies assiettes pour les invités qui m'avaient quand même coûté la peau des fesses à l'époque, mais qui sont toujours... intactes ! Comme j'aime bien changer, je m'en sers maintenant pour moi, car, ainsi que tu l'as dit, pas peur des chocs, celles-ci, pas comme les Wedgwood ! Quant à l'argenterie qui allait avec, j'ai fini par la donner à une voisine qui faisait des brocantes... Je suis plutôt paresseuse pour l'entretien, j'ai juste gardé la louche et le service à gigot ! Bon we pascal, Lulu, à toi et à ta joyeuse maisonnée.

    RépondreSupprimer
  4. Vu Colibri ! Et oui c'est cher en magasin, déjà moins en magasin d'usine, mais à la vente de juin, c'est 3 ou 5 euros le kilo donc à peu près 1.50 l'assiette en formule assiette de cuisine super épaisse incassable et 1.20 la tasse de bistrot avec sa soucoupe, et plein de plats à four, moules à tarte, terrines en tous genre ! Bon WE à toi Colibri !

    RépondreSupprimer
  5. Quelle terrible histoire que celle de ce suicide (un de plus...). J'en avais entendu parler en effet sans trop savoir quelle entreprise cela concernait.
    C'est dommage, pour moi la vente est un peu loin, ça m'aurait bien plu.

    RépondreSupprimer
  6. C'est un phénomène nouveau il me semble ces suicides au travail. Et c'est très angoissant, ça touche toutes les catégories sociales et tous les domaines de travail. Pourquoi ?

    RépondreSupprimer
  7. Je ne sais pas s'il existe des statistiques à ce sujet (certainement). Il me semble qu'en effet les intéressés eux-mêmes (par les lettres qu'ils laissent et par le choix qu'ils font du lieu de travail pour se suicider) comme leur famille, mais aussi les syndicats oeuvrent pour qu'il y ait enfin cette reconnaissance, par les employeurs, des suicides liés aux conditions de travail.
    J'ai l'impression qu'avant tout était bon pour trouver des raisons personnelles et familiales à ces suicides.
    Sans aller jusqu'au suicide, on parlait moins aussi de harcèlement au travail. On considérait que c'était quasi normal de se faire mener la vie dure par son supérieur, contremaitre, chef de service, etc. Je connais des ouvriers qui, 25 ans après avoir pris leur retraite, rêvent encore des humiliations subies, des injustices vécues...

    RépondreSupprimer
  8. les dirigeants ont aussi vite oublié tous les licenciés qui ont travaillé pendant 30 ans sans compter leur temps, meme pas parti avec un colis de vaisselle!!!!!!!!!!!!

    RépondreSupprimer