mercredi 4 mars 2009

Mars.


Mars fantasque,

Le nez mouillé par la bourrasque....


Tous les mois de mars, c'est cette petite poésie qui me vient à l'esprit, je l'entends toujours avec la voix de mon père. Et pourquoi mars et pas janvier ? Parce qu'il s'en souvenait en commençant par mars, un jour de bourrasque.

Je vous avais d'ailleurs déjà fait l'coup l'année dernière :-), ce qui montre que le temps passe, et que les souvenirs jamais ne trépassent.... version poétique de Lulu radote ;-)


Jusqu'à aujourd'hui nous avions eu beau temps sur le Poitou, préparer le préau pour les barbecues, sortir les chaises longues, la table sous le pommier, remettre l'eau dans la cour pour conjurer les gelées et travailler le potager. Les premières salades sont plantées, quelques romaines et d'autres batavias. La rhubarbe montre le bout de son nez, belle promesse de tartes savoureuses et de confitures délicieuses. Les beaux jours ne vont pas tarder.

La nuit a mis les chaises par terre, le vent a soufflé pour nettoyer les branches mortes des noyers et la pluie continue à aider mes p'tites salades à pousser.

Tout ne va pas si mal....





8 commentaires:

  1. Roooooo,j'avais même pas remarqué que c'était pas la même année, c'est la photo qui m'a tourneboulée.
    Chez nous aussi le vent souffle en bourrasque et la pluie noie les bonnes volontés... Mais c'est moins joli que dans le Poitou ! Bravo pour le potager. Et la rhubarbe, ça me donne envie d'en replanter une dans mes 4 mètres de terrain ;-), devant mon bureau !

    RépondreSupprimer
  2. Didon, ça s'rait pas une photo faite avec un portable...je dirais (en connaisseur) que c'est presque du raté vachement réussi...bravo....(et BLA et BLA)

    RépondreSupprimer
  3. Eh oui la photo vient d'un portable et même d'un vieux modèle, elle date de l'été 2005 et elle a une âme en effet.

    RépondreSupprimer
  4. J'adore cette photo. On dirait un tableau.

    RépondreSupprimer
  5. C'est une maison ensorcelée, le photographe n'y est pour rien... D'ailleurs je me garde bien de lui transmettre tes ficelles de cal'çon à G. il va se prendre pour un artiste et c'est invivable les artistes ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  7. (hum)J'avais dit avec une faute de mots : en tous cas continue de laisser faire la magie ou ne l'empêche pas de recommencer...

    RépondreSupprimer
  8. La rhubarbe fait parti d'une de mes "madeleines" . Nous en avions d'énormes au coin de la très modeste petite maison plantée à 20 km de Paris , c'était encore la campagne ,une époque lointaine, oui. Les grosses tiges me fascinaient et j'ai encore le goût des marmelades fibreuses que ma petite mère nous faisait . Il fallait exploiter la moindre richesse de la nature . "Je vous parle d'un temps que les ......"

    RépondreSupprimer