mardi 10 février 2009

Guilly D'Herbemont.

La Solution de l'énigme du JDD ;-)

Dans les années 30, Guilly D’herbemont vit à Paris, Bd de Courcelles, près d’un foyer pour aveugles. Alors qu’à l’époque les aveugles appellent au secours pour traverser la rue, elle se rend compte que seul le baton blanc des policiers arrête les autos.


A la belle Epoque, les feux de croisement sont rares, le premier a été installé en 1923, mais c'est déjà l'bazar (regardez comment tout le monde circule n'importe où et dans n'importe quel sens !) et ce sont les policiers postés aux carrefours qui règlent la circulation. Ça fait tilt dans la p’tite tête de Guilly et elle a l’idée géniale d'inventer la canne blanche !

Comme elle n’a pas froid aux yeux, elle contacte la presse pour promouvoir son idée, ainsi que les associations d'aveugles (à l’époque on ne disait pas non-voyants) des Quinze-Vingt (Hopital d’ophtalmo de Paris fondé en 1260 par Saint Louis, 15 fois 20 = 300 lits , il receuillait les aveugles de Paris). L’idée est très rapidement approuvée, y compris par la Préfecture de Paris et la première canne blanche est distribuée officiellement et en grande pompes en présence de ministres, le 7 Février 1931, suivie d'environ 5000 autres qu'elle finance ... Dès 1932 elle arrive aux Etats Unis et bientôt dans le monde entier !
Allez encore une fille qu'on applaudit bien fort !

Un p'tit plus pour le tout

<

2 commentaires:

  1. Merci à toi, LULU, pour nous rappeler combien de gens connus (ou moins connus) se sont préoccupés de la misère humaine.
    Je les admire tous et je me sens bien inutile parfois.
    Je suis contente que mon blog te permette de te souvenir de la musique des petites chansons douces de ta grand-mère... J'aime toutes ces langues et tous ces gens qui viennent y laisser des petits mots dans leur idiome!
    Comme quoi la convivialité rapproche encore de nos jours!
    Bonne journée et à bientôt avec toute ma sincère amitié.
    Henriette

    RépondreSupprimer
  2. A raconter Marie, Guilly et quelques autres héros extra ou ordinaires il m'arrive aussi d'avoir le même sentiment que toi, alors je cuisine un p'tit lapin aux abricots ou je fais des p'tites tapas au boudin et aux pommes et du coup je me sens tout d'suite mieux... Et je me dis qu'elle est drôlement efficace Henriette qui ne nous laisse pas un jour sans recette ;-)

    RépondreSupprimer